Espace Afrique-Caraïbe

Espace Afrique-Caraïbe


Afficher la visualisation des relations dans la collection

La Terre et le sang


Auteur : Feraoun, Mouloud
Collection parente : Les romans de l'émigration
Présentation de la collection :

« La lecture précipitée du bouquin m'a déçu. Le lui préfère Le Fils du pauvre. Je ne peux pas dire pourquoi. », écrit Mouloud Feraoun à propos de La Terre et le sang dans sa lettre du 22 février 1953 à destinée Paulette Roblès (épouse d’Emmanuel Roblès, ami de Mouloud Feraoun du temps de l’École normale de Bouzaréah et éditeur chez le Seuil).

Le verbe « pouvoir » utilisé par Feraoun peut être considéré comme un détour diplomatique. Les manuscrits du roman réunis dans cette collection et leur lien avec les notes du carnet indiquent clairement les raisons de cette déception : le grand effort de documentation fourni par l’écrivain dont les résultats littéraires sont entièrement contournés par l’éditeur.

Le fragment enraciné dans les notes de voyage de documentation prises par l’écrivain, retravaillées ensuite en texte littéraire, est supprimé sous prétexte qu’il s’agit d’un roman et non pas d’une chronique (propos de Paul Flamand cités par Feraoun dans sa lettre du 26 avril 1952, destinée à Emmanuel Roblès). La description de l’hôtel de Mme Garet où loge Amer-ou-Kaci s’en trouve très amoindrie (cf. les folios de 4v. à 5r. du carnet et les folios de 1v. à 2v. du troisième cahier de brouillon rédactionnel du roman).

En outre, toute l’histoire de la jeune fille Marie avec laquelle se lie Amer-ou-Kaci est omise dans l’édition. Certes, cela permet de raccourcir et d’alléger le roman comme le souhaitait Paul Flamand. Seulement, cette description de la vie des Français ordinaires après la Grande guerre était le fond sur lequel évoluait le personnage de Marie et qui lui donnait de la profondeur. L’impact de la suppression de ces fragments au roman est double : tout d’abord, le personnage de Marie s'efface, elle devient une ombre. Louis Julia, chroniqueur et ami de l'écrivain, reprochera à celui-ci dans sa recension du roman que ses personnages sont plats (Alger Républicain du 8 juillet 1953).

Ensuite, les fragments consacrés à la France, supprimés de l’édition car trop proches  d’une chronique, étaient un clin d’œil évident en direction du lectorat francophone algérien. Il était, certes, insignifiant par rapport au lectorat de la métropole, mais ces quelques pages tendues vers les lecteurs de la colonie témoignent que Feraoun, comme tout écrivain, cherchait à se faire lire non seulement par les lecteurs métropolitains ou français mais aussi par les Algériens francophones lettrés. Or, il a vu rabattre son livre uniquement sur l’Algérie, car l’occultation du lieu français est passée non seulement par la suppression des pans entiers du texte (cahiers de brouillon 3 et 4), mais aussi par la déréférentialisation du lieu français bien visible à l’échelle micro-génétique lorsqu’on étudie les changements des toponymes opérés entre le stade du brouillon et celui d’édition. Cette tendance à supprimer continuera aussi dans le deuxième roman de l’émigration, Les Chemins qui montent.
Auteur de la présentation : Resztak, Karolina (responsable du dossier)

Fiche descriptive de la collection

Auteur : Feraoun, Mouloud
Date(s) : 1949-1951
Mots-clés :
  • Algérie
  • Feraoun
  • francophone
  • Kabylie
  • La Terre et le sang
  • manuscrit
Genre : Récit
Langue : Français
Contributeur(s) : Resztak, Karolina (responsable du dossier)

Citation de la page

Feraoun, Mouloud, La Terre et le sang, 1949-1951.
.
Consulté le 11/11/2019 sur la plate-forme EMAN :
http://eman-archives.org/francophone/collections/show/10

Notice: Undefined offset: 0 in /data/www/Omeka/francophone/plugins/Bookmarks/BookmarksPlugin.php on line 48

Notice: Undefined offset: 0 in /data/www/Omeka/francophone/plugins/Bookmarks/BookmarksPlugin.php on line 48
Collection créée par
Collection créée le 16/06/2015 Dernière modification le 01/10/2019