Espace Afrique-Caraïbe

Espace Afrique-Caraïbe


Votre recherche dans le corpus : 975 résultats dans 975 notices du site.

Collection : Chants pour Abéone
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph

Collection : Sylves
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph

Collection : Chants pour Abéone
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
NUM POE TAP1 Poème départ 0.jpg
Cet ensemble poétique, thématiquement le plus homogène depuis La Coupe de Cendres et intitulé tout d’abord « Le poème du départ et du regret », trouva assez vite le nom d’une déesse romaine mineure, divinité présidant au départ, Abéone, dont Jean-Joseph Rabearivelo s’obstine à orner le nom d’un accent, et l’affuble ainsi d’un exotisme imprévu. Car la façon de traiter le thème du départ et de l’adieu y est typiquement malgache : le jeune poète, tout comme d’autres jeunes hommes de sa génération, ressent sans cesse en lui l’appel de l’ailleurs, qu’il s’agisse de l’Europe et de la France vers lesquelles Jean-Joseph Rabearivelo rêva de voguer un jour ou du retour vers les sources ancestrales, la Polynésie des origines.

Collection : Chants pour Abéone
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
NUM POE MAN1 Poème départ.jpg
Ce feuillet manuscrit présente un brouillon du "poème du départ et du regret", qui sera intégré à la section "Gloses musicales".
Il n'a pas été classé dans l'édition papier (2012) de Chants pour Abéone.

Collection : Sylves
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN1 MATUTINALES.jpg
Ces vers tendent à exprimer l'état de fièvre, poétique dirions-nous, car le corps, chétif, l'enveloppe corporelle amenuisée, la réceptivité sensorielle est accrue. Jean-Joseph Rabearivelo regrette sa convalescence ayant été l'égérie des premiers poèmes de Galets ; or, il ne retrouve plus cette "fièvre âpre de matutinal" sans laquelle il ne saurait poursuivre le recueil. Il s'interroge, dans les Calepins Bleus, sur les rapports de la maladie avec l'écriture.

Collection : Sylves
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph

Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
fullsizeoutput_4b.jpeg
Achevé d'imprimer le 11 mars 1939. Il a été tiré de cet ouvrage, extrait de La Revue de Madagascar n°25, 135 exemplaires sur papier pur fil Lafuma.

Mots-clés : ,

Collection : Chants d'Iarive
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN IARIVE SNOBO Couv 1.jpg
Projet d'un choix de poèmes provenant des recueils précédents et traduisant le rapport authentique au natal du poète.
Le titre de la première partie (Snoboland) doit son nom à un néologisme inventé par Fernand Divoire (auquel cette partie est dédiée) à propos de l'œuvre de Paul Claudel, qui "n'a conquis que le Snoboland" (les gens de lettres, notamment parisiens ; Introduction à l'étude de la stratégie littéraire, 1912).

Collection : Chants pour Abéone
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph

Collection : Riovine
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
Riovine, folio 1r

Nous ne connaissons de cette pièce qu’un vestige partiel : un cahier d’écolier marqué 2, contenant 23 feuillets manuscrits recto verso, couverts d’une écriture appliquée. Le cahier comprend la fin de la pièce (de la scène IX de l'acte II jusqu'à la fin, acte III scène XII.)

Il s’agit d’une intrigue amoureuse. Le jeune Ratovo (neveu du Gouverneur et soldat garde-frontière) aime la belle Ranivo (fille du Gouverneur), mais il ne peut se déclarer et brûle d’un amour impossible ; Ranivo s’apprête à épouser Rasela. À l’acte III, coup de théâtre, l’ennemi sakalava attaque et disperse la noce. Ratovo est blessé ; agonisant, il avoue en public son amour pour Ranivo et meurt en bénissant le nouveau couple.

Le lieu de l’action est la ville de Vohitrarivo (imaginaire ?). Les dialogues sont entrecoupés de chants.

Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
NUM VARIA Liste divers 5.jpg
Feuillet manuscrit

Mots-clés :

Collection : L'épistolier
Auteur : Yamata, Kikou
NUM CORR2  Vrillou 151000.jpg
Kikou Yamata est une écrivaine de père japonais installée à Paris. À elle la dédicace du recueil « Trèfles » de Rabearivelo, ainsi qu’au poète mauricien Robert-Eward Hart.

Auteur : Alphonse Ndzanga-Konga
DSC_0920.JPG
Photos de Sylvain Bemba prises par l'écrivain et journaliste Alphonse Ndzanga-Konga

Mots-clés :

Collection : Journal 1955-1962
Auteur : Feraoun, Mouloud
Feraoun_Journal_vol0_001.jpg
Ce premier cahier du Journal 1955-1962 de Feraoun a été publié pratiquement tel quel si l'on ne tient pas compte de quelques corrections d'ordre typographique indiquées par l'écrivain lui-même.
Le contenu de ce manuscrit a d'abord été constitué des notes préparatoires au roman intitulé Témoin à charge (F. 1r.) dont l'action allait se passer pendant la guerre.
Le tout se présente sous une forme romancée et  est divisé en quatre chapitres.

Collection : Chants pour Abéone
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph

Collection : Sylves
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN1 DIXAINS 1.jpg
La section "Dixains" de Sylves comporte douze poèmes, en mètres classiques. Toutes les pièces impaires sont en alexandrins. Les autres ont des mètres plus courts : de sept à dix syllabes sauf pour le n° 8 où alternent octosyllabes et alexandrins.

Auteur : Ramilijaona
ALBUM 2 Photo 20 p88.jpg
Sur cette image du fonds iconographique de la Bibliothèque nationale de Madagascar, Mme Jeannette est au centre, la tête inclinée sur son coude.

Collection : Sylves
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph

Collection : Le moraliste
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
NUM PRO MAN1 Philaminte.jpg

Sous la forme d’une lettre ouverte à Philaminte, personnage des Femmes savantes de Molière, JJR revient sur ses errements :1923, du temps où il voguait sur les mers grandioses du romantisme et du parnasse, à hésiter entre le "naufrage" et le "salut". Ampleur, emphase de l'expression, que JJR confesse, bien qu'il succombe à nouveau à l’attrait du style. Lui non plus, comme Philaminte sous l’emprise de son Académie et de son péripatéticien, pas tout à fait "affranchi d’engouement", prompt encore à laisser courir la plume et la langue française...  Tous deux pêchent par excès d’enthousiasme, pas assez placides pour qu’à l’irrésistible curiosité de l’humanité, à tout "recevoir", "en ces temps où le désordre règne sur un ordre prétendu", laisse place la tempérance nécessaire à une "carrière intellectuelle". Plutôt qu'à se "disperser", JJR, dans cette introspection publique, en appelle à "connaître ce qui se passe et [à] explorer ce qui dure". Faisant son mea culpa, bien sûr qu’il pêche par excès! que ce qu’il exprime et la manière, le fond et la forme, se contredisent. Burlesque, autodérision, JJR n’écrit jamais qu’avec cet enjouement très littéraire, l’atmosphère de badinage oscillant toujours entre le jeu gratuit d’un mot, d’une image entrainant l’autre et l’impérieux message à la nouvelle génération ; la faconde et le sérieux d’un chef d’école, porte-parole de la Phalange. Au milieu de cette démesure, noyée de classicisme et de tournures journalistes, émerge "l'amitié grandissante de Rainer Maria Rilke, Marcel Proust et Maurice Betz" où JJR, plus sobre, ouvre la bibliothèque de son for "intérieur".

Collection : Presque-Songes
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph

Collection : Trèfles
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN SUR 3 CORDES dedi 1.jpg
Inspirés par le haïku, les poèmes des Trèfles ne s'alignent pourtant sur leur modèle japonais ni en matière de mètre, ni en matière de tonalité. En jouant sur les mètres de 9, 12, 14, 16, voire 18 syllabes, le poète aborde les thèmes de ses premiers recueils - l'amour et la mélancolie pour passer ensuite à une réflexion esthétique.

Collection : Trèfles
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN SUR 3 CORDES dedi 2.jpg
Inspirés par le haïku, les poèmes des Trèfles ne s'alignent pourtant sur leur modèle japonais ni en matière de mètre, ni en matière de tonalité. En jouant sur les mètres de neuf, 12, 14, 16, voire 18 syllabes, le poète aborde les thèmes de ses premiers recueils - l'amour et la mélancolie pour passer ensuite à une réflexion esthétique.

Collection : Trèfles
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN2 TREFLES couv.jpg
Inspirés par le haïku, les poèmes des Trèfles ne s'alignent pourtant sur leur modèle japonais ni en matière de mètre, ni en matière de tonalité. En jouant sur les mètres de neuf, 12, 14, 16, voire 18 syllabes, le poète aborde les thèmes de ses premiers recueils - l'amour et la mélancolie pour passer ensuite à une réflexion esthétique.

Collection : Trèfles
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE  MAN2 TREFLES TOUJOURS 1.jpg
Inspirés par haïku, les poèmes des Trèfles ne s'alignent pourtant sur leur modèle japonais ni en matière de mètre, ni en matière de tonalité. En jouant sur les mètres de neuf, 12, 14, 16, voire 18 syllabes, le poète aborde les thèmes de ses premiers recueils - l'amour et la mélancolie pour passer ensuite à une réflexion esthétique.

Auteur : Keita, Assan Abraham
Espace Afrique-Caraïbe
Pas de Sassine

Collection : Trèfles
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN1 TERCETS 1.jpg
Inspirés par le haïku, les poèmes des Trèfles ne s'alignent pourtant sur leur modèle japonais ni en matière de mètre, ni en matière de tonalité. En jouant sur les mètres de neuf, 12, 14, 16, voire 18 syllabes, le poète aborde les thèmes de ses premiers recueils - l'amour et la mélancolie pour passer ensuite à une réflexion esthétique.

Collection : Volumes
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE TAP1 Ponctuelle 1.jpg

6 feuillets manuscrits (13 x 22, fos 3 à 8), datés du 22/7/27 au 28/8/27 contenant « À Philippe Chabaneix », « Ô toi qui l’aurais lu pour sa grande tendresse… », « À J.-H. Rabekoto », « À G.-Henri de Brugada », « À Robert-Edward Hart », « À Tristan Derème » regroupés dans « La Guirlande à l’amitié », accompagnés de 13 feuillets tapuscrits.

Collection : Journal 1955-1962
Auteur : Feraoun, Mouloud
REC_MAN_JOUR 2_couv1R.jpg
Premières interdictions par le F.L.N. (jeux dans des cafés maures: dominos, cartes, etc.; F. 1v.)
Enlèvement d'un institueur français Dupuy (Mâat Kas, le 5 janvier 1956; F. 2v.), libéré le 11 janvier 1956. Première mention sur les incendies des écoles (F. 8r.)
Incendie de l'école de Tizi-Hibel (F. 14r.)
Conflit de Mouloud Feraoun avec les institueurs français (F. 16r.)
Les cotisations pour le F.L.N. (F. 17r. et suivants ; fragment révélateur des bouleversements sociaux dûs à la guerre).
Départ de Jacques Soustelle (F. 21r. - 23v.).
Réaction à l'artice de François Mauriac dans L'Express; Guy Mollet conspué à Alger.
(F. 24v. - 25r.)

Auteur : Ndzanga-Konga, Alphonse
DSC_0929.JPG
Ces photos ont été prises à l'occasion d'une tournée du Rocado Zulu Théâtre, le théâtre dirigé par Sony labou Tansi, avec la pièce Kimpa Vita (ou Béatrice du Congo).

Collection : Volumes
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN1 TERRES SOLEIL 1.jpg
Malgré ses 24 ans, le poète se voit déjà dépossédé des richesses exubérantes du jeune âge comme de ses excès flatteurs ; il se sent entrer dans une maturité qui l’inquiète en raison de l’incertitude qui plane sur le temps qu’il lui reste. La pensée de la mort en lien avec certains de ses modèles préférés comme Laforgue, décédé précocement, et avec le respect dû aux ancêtres, comme à leurs tombeaux, continue à l’obséder. Il se fait le chantre d’une esthétique désabusée et dédaigneuse qui renie tant les illusions faciles que les souvenirs complaisants pour affronter la vérité de son destin ou de sa situation et il fait montre alors d’une lucidité déchirante : il se sait et se voit s’éloigner de la langue de ses ancêtres pour se couler de plus en plus résolument dans un idiome étranger qu’il aime profondément, bien qu’il le sente et le sache parfois incompatible avec ce qu’il souhaiterait exprimer. Et même si, par la thématique mise en œuvre, chacun des ensembles poétiques qu’il va désormais concevoir s’accomplira de plus en plus distinctement en apothéose du monde ancestral, celle-ci, hésitant entre le thrène et l’éloge, laissera le poète dans la position inconfortable d’un exilé de l’intérieur.

Auteur : Alphonse Ndzanga-Konga
DSC_0914.JPG
Photos de Sony LAbou tansi prises par l'écrivain et journaliste Alphonse Ndzanga-Konga

Collection : Sylves
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN Masque Bijou Gauguin Fuite 1.jpg
Poèmes :
I. "Quoi te finir avec des masques" 
II. "Le charme inattendu d'un bijou rose et noir"
III. "Ô pour quel Gauguin"
IV. "Fierté rapide et décevante"

Collection : Trèfles
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN2 SUR 3 CORDES 1.jpg
Inspirés par haïku, les poèmes des Trèfles ne s'alignent pourtant sur leur modèle japonais ni en matière de mètre, ni en matière de tonalité. En jouant sur les mètres de neuf, 12, 14, 16, voire 18 syllabes, le poète aborde les thèmes de ses premiers recueils - l'amour et la mélancolie pour passer ensuite à une réflexion esthétique.

Collection : Iconographie
Auteur : Iacovleff
fullsizeoutput_30.jpeg
Portrait assorti d'une dédicace de Rabearivelo, datée du 30 juin 1925.

Mots-clés :

Auteur : Oularé, M.S.
Espace Afrique-Caraïbe
Pas de Sassine

Auteur : Feraoun, Mouloud
Feraoun_le fils du pauvre_v4_couv_recto.jpg
ce sont les brouillons des lettres écrites par Feraoun à ses amis, ses collègues et à ses supérieurs. Elles documentent les aléas de la rédaction et de l'édition du Fils du pauvre. Comme certaines de ces lettres sont des réponses, elles permettent de faire des hypothèses sur les conseils de rédaction donnés à Feraoun par les personnes avec lesquelles il avait échangé à l'époque.

Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN2 FIN DE MUSIQUE.jpg
Jean-Joseph Rabearivelo évoque l'atmosphère d'une après-midi autour du kiosque à musique où les "voix rauques, / De leurs rythme brisés [...] s'en vont résonner encor jusqu'au fond des jardins, / Étouffer leurs échos dans les lumières glauques". À Tananarive, dans le parc de la Résidence, la Société Philharmonique, musiciens amateurs européens et indigènes, y donnait presque mensuellement des "concerts intéressants" relate la Revue de Madagascar. En outre, les cérémonies officielles venant rythmer la vie tananarivienne s'adjoignaient souvent d'une troupe de mpilalao, de hira-gasy, d'artistes indigènes - après avoir, évidemment ! passé, ou biaisé, la censure. Le sonnet se donne à lire comme une scène de genre.

Collection : Solitudes [Les]
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
NUM POE MAN1 Beau rechanter.jpg
Des exercices d'écoliers, des vers ronsardisants d'un Rabearivelo sous le charme de Tristan, de Roméo et d'Orphée. C'est le voyage depuis mon île, l'imaginaire de l'exotisme et de l'Autre. Expérience initiatique au sortir de laquelle naît l'écrivain : " c’est pour avoir trop aimé Racine et Verlaine que nous nous sommes découvert, à quatorze ans, pendant l’étude du soir ou dans la grande cour du lycée, une vocation d’écrivain " confesse J.-P. Sartre dans Qu'est-ce que la littérature ?. Eléments essentiels donc où s'élabore une bibliothèque, un musée imaginaire ouvrant, par les émotions ainsi créées, la personnalité de l'individu " comme tel thème de Tristan par exemple, qui nous représente aussi une certaine acquisition sentimentale " laquelle, en épousant " notre condition mortelle ", aura alors " pris quelque chose d’humain " c'est-à-dire nous-même ; rite du passage vers l'écriture.

Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
NUM TRAD REV TM Meloka 1.jpg

Collection : Solitudes [Les]
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN2 AMOURS ROYALES.jpg
Un poème qui évoque la légende du royaume d'Imerina en latence " sous [les] rochers moussus qu’abrite / un bel arbre " ; l’Histoire-à-délivrer du paysage que le poète seul peut sortir de terre. Le sonnet aura trouvé son public avec sa diffusion dans la Revue de Madagascar et Latitude-sud 18°. Rabearivelo y chante le mystère royal de l'Île Rouge, horizon d'attente d'un lectorat et d'un tourisme en plein essor.
La flânerie, cette envie de découvrir des peuples lointains et d'autres mœurs, fonde un nouvel habitus qu'incarne, par excellence, un Jean Paulhan, auteur du Repas et l’amour chez les Merina, un Jean d’Esme ; ou encore Pierre Benoît, Maurice Martin du Gard – que Rabearivelo fréquente lors de leur bref séjour à Tananarive -, deux écrivains " délaissant momentanément " la vie parisienne pour demander " au dépaysement colonial […] une occasion de renouvellement personnel ". Ils représentent ces hommes modernes de la plus Grande France " épris d'idéalisme à la fois et d'ordre matériel " qui ne poursuivent " d'autre espoir que de se perfectionner soi-même ".
La nostalgie des époques et des rois déchus s’accordent donc avec ce désir de perfectionnement moral ; après le temps de la conquête, règne la PAX ROMANA ; l’Esprit européen promène son cœur gonflé de songes à travers l’Empire...

Collection : Journal 1955-1962
Auteur : Feraoun, Mouloud
REC_MAN_JOUR21_couv1r.jpg
Réactions de Mouloud Feraoun au "putsh des généraux"; les 22-25 avril 1961 (F. 1r.).
Échec des négociations à Lugrin, les 19-28 juillet 1961 (F. 1v.).
Procès et acquitement du capitaine Georges Oudinot qui a servi à Béni-Douala (F. 2r./v.).
Premières exactions de l'O.A.S. (F. 2v.).

Collection : Journal 1955-1962
Auteur : Feraoun, Mouloud
REC_MAN_JOUR23_couv1r.jpg
Récit des exactions de l'O.A.S.

Collection : Journal 1955-1962
Auteur : Feraoun, Mouloud
REC_MAN_JOUR6_couv1r.jpg
Blocus du Fort-National et la riposte des maquisards (F. 3v.)
Mention de l'insurrection de Budapest que Mouloud Feraoun rapproche des "événements" qui secouent l'Algérie (F. 1v.)

Collection : Journal 1955-1962
Auteur : Feraoun, Mouloud
REC_MAN_JOUR17_couv1r.jpg
Consitution du GPRA (Gouvernement provisoire de la République Algérienne) au Caire le 19 septembre 1958 (F. 3v. et suivants).
Perquisition chez les Feraoun (F. 4v.).
Référendum sur la Constitution du 28 septembre 1958 (F. 5r.-6r.).
Pression sur Mouloud Feraoun pour lui arracher une candidature à l'assemblée (F. 6v.-8v.).

Collection : Journal 1955-1962
Auteur : Feraoun, Mouloud
REC_MAN_JOUR5_couv1r.jpg
Espoir d'une trêve pendant la Conférence des non-alignés de Brioni où l'on notait la présence algérienne.
Récit d'une guerre de grèves imposées à tour de rôle par le F.L.N. et par l'armée.
Appel du F.L.N. à la grève des écoliers (F. 11bis).
Les amendes-rançons imposées par le F.L.N. aux femmes (F. 13v. - 14v.).
Expédition punitive du Port-Gueydon (actuellement Azzefoun; F. 15r./v.).
Affaire Ben Bella (F. 16v - 17r.).
Mention sur la correspondance continue avec Emmanuel Roblès (F. 22r.)
Formats de sortie

atom, dcmes-xml, json, omeka-xml, rss2