Espace Afrique-Caraïbe

Espace Afrique-Caraïbe


Votre recherche dans le corpus : 48 résultats dans 672 notices du site.
Type de document : Poésie (Recueil)

Collection : Chants pour Abéone
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph

Collection : Galets
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN1 GALETS I 1.jpg

10 feuillets non attachés, datés du 15/3/33 au 25/12/34.
Pour le premier poème :
Ms1a : première version sur Ms1, f° 1r.
Ms1b : deuxième version sur Ms1, f° 1r, en bas de page.
Ms1c : troisième version du poème sur Ms1, f° 1v.

couv1r

Manuscrit autographe provenant du fonds Brazzaville. Inconnu lors du premier inventaire (1996), identifié lors du second (2008) sous le numéro 29 bis.
Cahier de petit format. Au milieu de la couverture beige, dessin représentant une croix entourée d’un cercle. La première page de titre est dessinée au feutre noir et soulignée au stylo bille rouge ; en haut à droite, se trouve la signature imprimée au tampon d’encre bleue, « Sony la Boutansi », corrigée à la main pour lire « Sony LaBoutansi ».
Ce manuscrit contient deux œuvres de genre différent, poésie et prose narrative, sous deux titres différents : Déjà... j’ai habité tous ces mots (DHTM) et Ces hommes qui fatiguent les chiffres.

Collection : Presque-Songes
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph

Auteur : Sony Labou Tansi
couv1r

Le titre est écrit en lettres capitales avec un feutre noir et un stylo bleu. Le pseudonyme utilisé pour signer ce manuscrit – Sony-Lab’ou-wa-Lab’ou Tansi – est souligné. Une « Maxi-préface », qui s’étend sur quatre folios, s’achève par un poème. Une dédicace signée « Sony » apparaît sur la page suivante : « À tous ceux qui sont morts ou bien vivent pour une cause qui n’est pas une cause ». Le dernier élément du paratexte de La Vie privée de Satan (VPS) est une « Mini-préface » également signée « Sony ».

Les 36 poèmes du recueil figurent sur le recto des pages, tête-bêche avec ceux des Yeux de l’espoir, et ont sans doute été écrits avant ces derniers. Les textes n’ont pas de titre, mais tous portent un numéro. Il est probable que les indications La Vie privée de Satan, « Maxi-préface», « Mini-préface », ainsi que les numéros des poèmes ont été ajoutés après leur composition. En effet, le paratexte a été écrit avec un stylo noir et les poèmes dans une encre bleue, alors que les indications qui les accompagnent ont été notées à l’aide d’un même feutre noir. A la différence des manuscrits précédents, les changements d’encre sont très peu nombreux1. 14 poèmes sont biffés par une rature d’utilisation. Sept textes font l’objet d’une reprise dans l’anthologie Poèmes de Sony Labou Tansi, présentée dans les maisons d’édition parisiennes au cours de l’ été 1973.

Les initiales «Y. E» ont été reportées à côté des poèmes nos 33 et 35 avec un feutre bleu. Une fois son recueil achevé, peut-être Sony Labou Tansi les avait-il destinés à intégrer Les Yeux de l’espoir ? Une feuille volante a été insérée dans le manuscrit. Son bon état contraste avec les pages jaunies et parfois tachées du cahier. On y lit le fragment d’un poème composé bien plus tard et qui figure dans les recueils Ici commence ici et L’Acte de respirer. Sony Labou Tansi consacre les cinq dernières pages du cahier à l’écriture du deuxième chapitre du roman Ces Hommes qui fatiguent les chiffres, dont deux versions se trouvent à la BFM. L’écrivain utilise un stylo noir à l’exception de la mention chapitre inscrite à l’encre bleue. Les ratures sont peu nombreuses et l’on remarque sur la dernière page un ajout qui semble ne pas avoir de liens avec le roman : « (Laissez passer – je m’en vais voir ma chute.) Chasseurs d’illusions, homme avorté – ». Rien n’indique que ces fragments romanesques et poétiques aient été composés à la même période que VPS

Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
TRAD MAN2 HANTSANA 2.jpg
Rabearivelo parachève dans ce recueil bilingue sa vaste entreprise de traduction ou, comme il s'amuse à le dire, son " vice ", punissable à bien des égards tant il s'apparente à du " vol " ! L’écrivain, passeur de langue, s'empare des beautés étrangères afin d'orner sa langue maternelle. Ne proclamait-il pas que " les Poëtes auront pour mission de mallarmiser " la langue malagasy, " pour peu qu'ils aient le désir de survivre " ? En somme du recel poétique, un recel créateur.
Derrière ce badinage, se déploie ici superbe, la défense et illustration de la langue malgache. D'une part, à solliciter Paul Valéry, à prendre l'initiative de le traduire, l'indigène lettré fait montre d'audace intellectuelle et manifeste le génie de sa langue capable de toutes les gymnastiques, d'étirer ses articulations vers d'autres imaginaires.
En outre, Rabearivelo conforte sa légitimité littéraire en se plaçant, mieux encore que sous l'égide d'un académicien français, sur un plan collégial ; écrivain parmi ses pairs, il tourne les lumières françaises vers sa personnalité : " Yo soy negro y vierto la luz ", ce que se murmure son for intérieur...

Collection : Ici commence ici
Auteur : Sony Labou Tansi
Fac-similé _Ici commence ici_.pdf
Manuscrit du fonds des éditions CLÉ à Yaoundé (Cameroun). Le recueil tel qu’il a été publié comprend 17 poèmes numérotés et sans titre. La 1ère de couverture, qui nous a été transmise dans un document sous format Word daté 13/01/2009, comporte un dessin scanné et une légende tapuscrite : « Pauvre Humanité / Elle souffre de blanc », signée SLT.
Nous n'avons pas eu accès au brouillon de ce recueil, l'éditeur n'ayant pas consenti à nous en transmettre une copie d'usage.

Collection : Presque-Songes
Auteur : Rabearivelo, Jean-Joseph
POE MAN1 PRESQUE SONGES 1.jpg
Phase rédactionnelle : état 1 ? (nous n'avons pas retrouvé d'état antérieur).
La présentation des poèmes sur la page suit toujours le même principe directeur : la page est scindée en deux par un trait en deux parties approximativement égales. Ce trait est tracé préalablement à l'écriture dans les premiers poèmes, puis après l'écriture à partir de f.2v. 
La version malgache figure à gauche, la version française à droite, souvent serrée sur le bord du feuillet. Les poèmes sont très souvent raturés, avec la même encre utilisée pour l'écriture, à tel point qu'il est parfois difficile de lire la version définitive. 
La date d'écriture, identique, est portée à la fin des deux versions. Chaque poème est numéroté en chiffres romains, de I à XXX.
Le premier poème est daté du 22/6/31, le dernier du 19/9/31. Les poèmes sont classés dans un ordre différent de celui retenu pour l'édition originale.
Formats de sortie

atom, dcmes-xml, json, omeka-json, omeka-xml, rss2