La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)

La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)


125. Monge à sa femme Catherine Huart

Collection : 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI  - Voir les autres notices de cette collection
Auteur : Monge, Gaspard
Notice créée le 12/01/2018

Transcription & Analyse

Transcription linéaire de tout le contenu :
Venise, le 4 fructidor de l'an V
Dans la dernière que je t'ai écrite,[1] ma chère amie, et que tu ne recevras peut-être qu'après celle-ci, je te mandais que je croyais partir d'ici dans une huitaine, et même je te faisais le détail de ma route. Mais le général en chef vient de nous attacher Berthollet et moi à une nouvelle fonction à l'armée d'Italie.[2] Je lui écris dans ce moment pour le prier de trouver bon que j'aille faire au moins un séjour d'un mois à Paris.[3] Il sait l'objet, je lui en avais parlé à mon dernier passage à Milan.[4] Je ne sais ce que cela produira; mais si j'étais retenu ici plus longtemps je serais bien contrarié.
Adieu, ma chère amie, je suis pressé de ne pas manquer un courrier.
 
                                                 Monge

[1] La lettre n°122 de Venise, trois jours plus tôt le 1er fructidor an V [18 août 1797­].

[2] Voir lettres n°124 et 126.

[3] Monge souhaite revenir à Paris afin d’assister au mariage de sa fille Louise (1779-1874), avec l’homme politique Joseph ESCHASSÉRIAUX (l‘aîné) (1753-1824).Voir les lettres n°27, 113, 118 126, 127, 136, 137 et 138.

[4] Après avoir quitté Rome le 26 messidor an V [14 juillet 1797], Monge arrive à Milan cinq jours plus tard le 1er thermidor an V [19 juillet 1797]. Il y retrouve Bonaparte. Voir la lettre n°116.

Contributeur(s) :
  • Dupond, Marie (édition scientifique)
  • Walter, Richard (édition numérique)

Relations entre les documents

Ce document n'a pas de relation indiquée avec un autre document du projet.