La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)

La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)


192. Monge à sa femme Catherine Huart


Auteur : Monge, Gaspard
Collection : 1798-1799 : Le voyage de Civitavecchia à Malte. l'expédition d'Égypte et le retour en France. Prairial an VI – nivôse an VIII  - Voir les autres notices de cette collection

Transcription & Analyse

Transcription linéaire de tout le contenu :
Au Caire, le 28 vendémiaire de l'an VII
 
Tu dois, ma chère amie, recevoir bien rarement de mes nouvelles : 1°) les occasions qui sont peut-être assez fréquentes à Alexandrie, le sont fort peu au Caire ; 2°) Dieu sait si celles dont j'ai profité ont eu le bonheur d'échapper à la griffe des Anglais qui nous bloquent.[1] J'apprends que le général en chef vient de faire demander au secrétaire perpétuel de l'Institut[2] les procès-verbaux des séances pour les envoyer ce soir à l'Institut national[3] ; je me hâte de profiter de cette occasion. Nous nous portons tous très bien et il ne nous manque que les objets de nos affections pour être très heureux. De toutes les personnes de ta connaissance, il n'y a que le citoyen Champy qui a eu mal aux deux yeux, et qui a craint pendant quelque temps de les perdre ; il va maintenant beaucoup mieux, et ses deux yeux sont brillants.[4] Vous recevrez vraisemblablement dans les mêmes paquets la relation de plusieurs combats que différents détachements ont eu avec les Arabes et qui ont tous été à l'avantage de la République,[5] mais le principal est celui du général Desaix[6] contre Mourad Bey[7] qui a été forcé de sortir de la Haute-Égypte et de se jeter dans le désert occidental après avoir perdu beaucoup de monde ; on disait dans le commencement qu'il se réfugierait dans l'oasis la plus voisine. Les oasis sont des espèces d'îles cultivables situées dans le désert ; c'est dans l'une d'elles que se trouvait autrefois le temple de Jupiter Ammon, mais cette oasis la plus voisine ne peut nourrir qu'une population de 1500 âmes ; Mourad Bey a encore 1200 mameluks, des femmes, des valets et 3000 chameaux, il affamerait le petit pays et y périrait lui-même. On pense qu'il remonte le désert pour rentrer encore plus haut dans la Haute-Égypte ; mais le général Desaix est là pour lui faire face.[8] Quant à Ibrahim Bey,[9] nos espions nous assurent qu'il est à Gaza, première ville de la Syrie, qu'il ne peut obtenir du secours de personne, que les mamelouks qui ne sont pas de sa maison particulière l'abandonnent pour aller chercher fortune ailleurs, et que ceux de sa maison vendent leurs chevaux et leurs armes pour subsister. Ainsi, nous avons peu de chose à craindre de cet autre côté. D'ailleurs, le général en chef fait fortifier les frontières qui sont séparées de Gaza par 55 lieues de désert. Le Nil qui commence à se retirer, a été très beau cette année ; le canal d'Alexandrie a été [?] des barques pendant près d'un mois, quoique les Arabes soient venus à plusieurs reprises y faire des saignées pour le mettre à sec ; on a profité de ce canal pour faire venir d'Alexandrie : 1°) toute l'artillerie et les munitions de guerre, ce qui augmente les forces du général en chef, 2°) les livres de la bibliothèque et les ustensiles de chimie qui sont aujourd'hui au port de Boulac, à une demi lieue d'ici. Le second article nous procure la douceur de la lecture dont nous étions privés depuis notre arrivée sur la terre d'Égypte, le même canal a donné à Alexandrie toute l'eau nécessaire à ses citernes et de plus 5 mille quintaux de blé pour sa subsistance.
Le général en chef a convoqué les États généraux de l'Égypte pour les consulter sur la meilleure manière de faire le bien.[10] Nous avons été nommés, Berthollet et moi, commissaires du gouvernement pour cette assemblée qui va bientôt être dissoute. Les pauvres gens ne sont bons à rien. L'Alcoran, selon eux, répond à tout, et ils ne peuvent délibérer sur l'Alcoran. Ainsi il faut encore du temps pour que les améliorations soient praticables.[11] Mais si la paix se faisait, si le commerce était libre, si 20 mille familles françaises venaient successivement en Égypte pour y faire des spéculations de commerce, des établissements d'industrie, etc. les Français donneraient le ton, influeraient par la mode en même temps que par la force et bientôt le pays serait la plus belle, la plus brillante et la plus heureusement placée de toutes nos colonies.[12]
Je t'embrasse bien tendrement, ainsi que tous nos enfants, nos gendres, nos petits-enfants,[13] nos frères et sœurs,[14] et t'engage à être bien tranquille sur notre sort.
Monge
 

[1]Après la défaite navale d’Aboukir le 14 Thermidor an VI [1er août 1798], l’Angleterre reprend une position dominante en Méditerranée. Catherine reçoit cette lettre et la suivante du 29 vendémiaire (lettre n°193) en décembre 1798, elle y répond de Paris le 6 nivôse an VII [26 décembre 1798] : « Je viens enfin de recevoir de tes nouvelles, mon cher bon ami, des 28 et 29 vendémiaire dernier, je n’en ai pas eu une seule fois depuis ton arrivée en Égypte. ». Voir la lettre n°196.

[2] Jean Baptiste Joseph FOURIER (1768-1830).

[3] Voir la lettre n°189.

[4] Jean-Simon CHAMPY (1778-1845) en 1800, il n’est plus seulement une connaissance ni un ami de la famille ...

... Lire la suite
Analyse : Transcription établie par René Taton.

Relations entre les documents


Collection 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI

        Ce document a pour thème Canaux d'irrigation comme :
       
17. Monge à Prieur

Collection 1798-1799 : Le voyage de Civitavecchia à Malte. l'expédition d'Égypte et le retour en France. Prairial an VI – nivôse an VIII

        Ce document a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme :
       
193. Monge à sa femme Catherine Huart
       
197. Monge à sa femme Catherine Huart

Collection 1795-1796 : Les débuts de l’École polytechnique. Fin de la Convention et premiers mois du Directoire. Thermidor an III - pluviôse an IV

       
5. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
        a pour thème Institut d'Egypte comme ce document

Collection 1798-1799 : Le voyage de Civitavecchia à Malte. l'expédition d'Égypte et le retour en France. Prairial an VI – nivôse an VIII

       
196. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
189. Monge à Dolomieu
        relation ce document

Afficher la visualisation des relations de la notice.

Autres relations : Sur des projets de colonisation, voir les lettres n°18, 131, 177, 196 et 197.
Notice créée par Marie Dupond Notice créée le 12/01/2018 Dernière modification le 20/02/2020