EMAN

EMAN (Édition de Manuscrits et d'Archives Numériques)


Amitiés / Inimitiés d'écrivainsSigle : AIE : Amitiés/Inimitiés d’écrivains
Responsable(s) du projet : Battiston, Régine ; Dziub, Nikol

Présentation du projet

Titre completProjet d’édition des lettres étudiées lors des colloques “Amitiés vives : l’amitié dans les correspondances d’écrivains” et “L’inimitié dans les correspondances d’écrivains”.
Description du projet
« La Psyché entre amis, la naissance de la pensée, dans la conversation et la correspondance, est nécessaire aux artistes ».
(Hölderlin, lettre à Casimir Böhlendorff)
 
Située entre intimité et socialité, la correspondance d’écrivains donne la parole à la fois au moi social et au moi profond des épistoliers. La lettre, en ce qu'elle suppose une forme de communication fondée sur l’absence de l’interlocuteur, cultive tout en la contrariant la solitude du créateur.
Elle est par conséquent un privilégié de l’élaboration de sentiments amicaux parfois ambigus, en ceci qu’ils se construisent à distance, et tournent parfois à l’inimitié.
Ces sentiments complexes appellent une réflexion elle-même complexe. Une amitié d’écrivains implique-t-elle nécessairement une dimension littéraire ? Quel rôle la réflexion sur l’amitié elle-même joue-t-elle dans la naissance d’une amitié – ou dans son dépérissement au contraire ? Quant à l’inimitié, qu’apporte-t-elle à l’écrivain ? Écrire haineusement, est-ce simplement répondre aux ordres de la passion/pulsion ? N’est-ce pas aussi, pour l’écrivain, cultiver, de façon quelque peu incongrue, la posture dialogique et l’ouverture sur l’altérité (fût-ce une altérité agressive voire malveillante) qui semblent indissociables de tout acte créateur ?

L’objet de ce site est de constituer un fonds documentaire dynamique sur les amitiés et les inimitiés d’écrivains telles qu’elles se manifestent dans la correspondance. L’objectif est d’apporter des éléments de réponse aux questions suivantes : quel rôle la correspondance, genre par excellence du dialogue et de la négociation, joue-t-elle dans la formation d’une amitié d’écrivains ? Comment en vient-elle à manifester des tensions, des suspensions, des ruptures, des rencontres ratées ? Quelles répercussions la formation de ces amitiés ou de ces inimitiés épistolaires peut-elle avoir sur l’œuvre des écrivains ?

Présentation scientifique du corpus

L’originalité du projet consiste à travailler sur des auteurs divers avec l’objectif de mieux étudier la façon dont ils traitent l’amitié/l’inimitié dans leurs correspondances, de suivre l’évolution, et d’analyser les degrés et nuances de leurs relations.
Il serait intéressant de réfléchir, à l’aide d’EMAN, à la nature même des émotions. On pourrait donc mettre en place, grâce à la plateforme, une cartographie des émotions. Puis il s’agira de réfléchir sur l’évolution de la nature des émotions, ce qui permettrait de relier plusieurs correspondances et plusieurs amitiés. Comme nous avons pu le voir lors du colloque, les amitiés d’écrivains sont souvent très pragmatiques, ce qui peut paraître logique. On pourrait même ouvrir notre réflexion et voir s’il n’y a pas derrière cette amitié de l’inimitié cachée.

Présentation du corpus

Corpus composé de certaines lettres présentées et analysées lors des colloques « L’Amitié  dans les correspondances d’écrivains» et « L’Inimitié dans les correspondances d’écrivains »

Principes éditoriaux

Les mots-clés de tous les participants doivent être articulés autour du registre/lexique émotionnel de l’amitié/inimitié.
Chaque participant peut essayer de choisir les lettres les plus pertinentes du point de vue de ce thème.
La personne qui s’occupe d’une fiche doit la signer.
Chaque contributeur devra sélectionner parmi les mots-clés proposés ceux qui correspondent le mieux au document analysé.
En plus des mots-clés et de l’indexation, il semble également important que chaque fiche soit suivie d’une description/réflexion/interprétation de la lettre qui l’accompagne.
Chacun essayera de repenser la question de l’amitié/l’inimitié et leurs nuances et degrés dans la correspondance.
Chacun essayera de répondre à la question comment relisons-nous la lettre et percevons-nous le genre grâce et par le numérique ?
Autres questions génériques, formelles et analytiques auxquelles nous invitons à prêter attention :

  1. Les formes épistolaires (différences entre les siècles et surtout à l’ère du numérique) ?
  2. Les sous-genres ?
    • s’agit-il d’une lettre au féminin ?
    • d’une lettre d’écrivain ou à un écrivain (ou les deux) ?
    • peut-on parler de « lettres d’amitié » ?
    • la lettre est-elle directive ? ou au contraire « soumise » ?
    • y a-t-il une hiérarchisation ou, au contraire, une utopisation de l’amitié ?
  3. Au niveau de l’écriture : quels sont les procédés rhétoriques, métaphoriques, stylistiques employés par l’auteur de la lettre pour signaler son amitié/inimitié ?
  4. L’amitié ne devient-elle pas par moments une mise en abyme de la correspondance même ?
  5. La dimension métatextuelle semble donc importante : comment l’écrivain commente-il les expressions de l’amitié/l’inimitié dans sa correspondance et réfléchit ou théorise l’amitié/l’inimitié ?
  6. Suit la dimension épistémologique : comment lire la lettre à l’ère du numérique et l’analyser à l’aide du projet collectif EMAN ?

Informations générales

Auteur(s) traité(s) par le corpus
  • Eekhoud, Georges
  • Frisch, Max
  • Gide, André
  • Hesse, Hermann
  • Zweig, Stefan
Langue(s) présente(s) dans le corpus

Typologie du corpus

VolumétriePour l’instant [juillet 2021], une centaine de documents.
Notice créée par équipe EMAN Notice créée le 12/10/2020 Dernière modification le 12/07/2021