Guizot épistolier

François Guizot épistolier :
Les correspondances académiques, politiques et diplomatiques d’un acteur du XIXe siècle


Principes d'éditorialisation

Pour établir des principes d’édition d’un corpus et en saisir les enjeux, il faut considérer son histoire éditoriale et sa nature. (Voir la page.)

Les archives numérisées de François Guizot sont constituées des 3ème et 4ème séries des Archives nationales.

Les 47 000 fichiers jpg des correspondances académiques, politiques et diplomatiques d’un acteur et témoin de l’Europe du XIXe siècle sont des ressources qui considèrent tant les périodes révolutionnaires, le premier empire, la monarchie de Juillet, la deuxième république et le second empire.

Afin de donner un large accès à un fonds remarquable par son volume et sa richesse thématique sur l’Europe du XIXe siècle, le projet vise l’inventaire et l’indexation analytique de la correspondance académique, politique et diplomatique de François Guizot acteur et analyste du XIXe siècle.

Le résultat est une bibliothèque numérique structurée en collections afin de reconstituer en environnement numérique le classement original des archives épistolaires de François Guizot conservé chez lui au Val-Richer, en ménageant la traçabilité de l’archive matérielle.

En effet, les dépôts d’archives partiels et successifs aux archives nationales ont été traités distinctement, au fur et à mesure. Il s’agit de compléter et d’harmoniser les inventaires existants en donnant accès à chacune des pièces numérisées réinscrites dans son réseau documentaire original, en les enrichissant avec des métadonnées et en offrant des parcours thématiques au travers d’une indexation analytique standardisée.

Gestion de projet et traitement éditorial

Il s’agit d’appliquer à ce corpus un traitement éditorial qui réponde aux principes archivistiques et scientifiques déterminés par l’environnement numérique en utilisant le schéma éditorial établi sur EMAN pour l’édition de la correspondance de Gaspard Monge et en appliquant des principes établis au sein du groupe de travail « Correspondance » CAHIER (Huma-Num2016-2018) et au cours d’une recherche post-doctorale : « De l’édition à l’éditorialisation : pour des principes communs d’édition des correspondances » (UDPN/USPC 2015-2017 ).

EMAN est une plate-forme de traitement et de publication de corpus en environnement numérique. La plate-forme repose sur une culture technique et scientifique issue du partage d’un dispositif technique et de son usage interdisciplinaire et interprofessionnel à partir du CMS Omeka.

L’établissement des principes et objectifs éditoriaux  précis est nécessaire pour  déterminer des phases successives de réalisation dans une perspective méthodologique et pragmatique. La description raisonnée des modalités du traitement éditorial doit être inscrite sur une ligne de temps. Le premier principe à considérer est celui de faisabilité, en envisageant les ressources humaines et financières.

Mais l’environnement numérique a ses exigences. Les principes éditoriaux  doivent permettre l’établissement de réseaux de relations entre item, collection, corpus à partir des données d’identification, de description, de documentation et  d’indexation mais aussi de transcription et de mise en relation. Il faut déterminer des phases de réalisation du projet éditorial pour systématiser et mettre en œuvre ces pratiques qui se réalisent au cours la mise en données. EMAN est un outil de détermination, production et structuration et visualisation de données pour servir des préoccupations scientifiques multidisciplinaires et des objectifs culturels, patrimoniaux et pédagogiques.

Il faut encore considérer comment en environnement numérique les rapports entre archivistique, édition et recherche sont décisifs dans la production de données interopérables pérennes, moissonables et exportables et dans l’élaboration d’une structuration économique. Au cours de l’éditorialisation, une dynamique des pratiques archivistiques, éditoriales et scientifiques s’établit.

La valorisation d’un corpus par la recherche scientifique, permet de coordonner identification et description archivistique en manifestant des enjeux éditoriaux. La recherche est nécessaire pour la structuration du corpus et pour la détermination d’entrées thématiques et de parcours problématisés et documentés.

L’éditorialisation d’un corpus d’archives, c’est la coordination de pratiques éditoriales, archivistiques et scientifiques identifiées et mises en œuvre au sein d’un dispositif technique en milieu numérique. L’établissement de principes d’édition raisonnés est décisif tant pour l’usager que le concepteur et le contributeur. Mais il faudrait aussi considérer des principes d’usages des travaux d’éditorialisation des correspondances en veillant à la valorisation et l’évaluation de telles entreprises comme production scientifique.

L’édition numérique constitue un espace de valorisation de la recherche, de ses méthodes et de ses résultats qui permet un accès plus précis, plus clair et plus direct au patrimoine culturel.

Le volume de la correspondance détermine un premier traitement aux principes éditoriaux minimaux. 

Ainsi, il est plus question dans un premier temps de donner accès aux manuscrits autographes plus qu’à une édition critique. Sans cesser de viser cet objectif éditorial dans un deuxième temps.

Le traitement éditorial est d’abord appliqué au corpus de correspondance lors de l’Ambassade de Guizot à Londres de février à octobre 1840, et est réalisé par phases successives. 

Les premières phases se concentrent sur un objectif de traitement minimal pour atteindre un nombre maximal de feuillets et d’images traités.

Les phases suivantes vont permettre la précision et l’enrichissement des notices dans l’identification et l’indexation, la documentation et la mise en réseau des ressources documentaires.

Un premier objectif a été atteint avec l'éditorialisation la correspondance croisée entre François Guizot et Dorothée de Lieven. En octobre 2023, plus de 2900 lettres sont publiées, plus de 11.000 folios éditorialisés et transcrits, au sein de 35 collections.

Établissement d’un inventaire comparé et préparation des données d’identification, description, indexation

    Il n’existe a pas encore d’inventaire détaillé du corpus. (Voir l’inventaire du fonds Guizot aux Archives Nationales ). Nous ne disposons que des tables des lettres présentées en fin des volumes reliés des transcriptions manuscrites de la correspondance. La numérisation de la correspondance échangée entre François Guizot et Dorothée représente près de 11 000 fichiers jpg.

    Pour concevoir une première phase de traitement éditorial et pour préparer les données,  est établie une première base à partir d’un premier inventaire comparé des transcriptions manuscrites  des copies microfilmées et numérisées, des manuscrits du fonds conservé aux Archives Nationales et des lettres éditées par Jean Schlumberger, en associant à chaque lettre les fichiers jpg correspondants, mais aussi les données d’identification, de description matérielle et circonstancielle et d’indexation thématique. Ainsi la création de notices pour chaque lettre et l’import des données structurées associées peuvent être effectués en masse.

    Marie Dupond Janvier 2024


    Principes et outils de transcription

    Principes de documentation et d’indexation

    Comment citer cette page

    Marie Dupond, "Principes d'éditorialisation"
    Site "François Guizot épistolier :Les correspondances académiques, politiques et diplomatiques d’un acteur du XIXe siècle"
    Consulté le 20/07/2024 sur la plateforme EMAN
    https://eman-archives.org/Guizot-Lieven/principes-ddition
    Page créée par Marie Dupond le 28/06/2018
    Page modifiée par Marie Dupond le 12/01/2024