Guizot-Lieven

Correspondance croisée entre François Guizot et Dorothée de Benckendorff, princesse de Lieven : 1836-1857


422. Londres, Vendredi 25 septembre 1840, François Guizot à Dorothée de Lieven
Auteurs : Guizot, François (1787-1874)
Collection : 1840 (février à octobre) : L’Ambassade à Londres - Voir les autres notices de cette collection

Relations entre les lettres


Ce document n'a pas de relation indiquée avec un autre document du projet.

Présentation

Date1840-09-25
GenreCorrespondance
IncipitDites-moi si l’anémone [DL] et le cèdre [FG] attachent bien le même sens à tout à fait. Dites moi oui sans plus . Je reviens de Regent’s Park. La même entrée, les mêmes tours, la même sortie. J’avais écrit depuis sept heures et demie jusqu’à 4 heures, sauf le déjeuner. Je n’en pouvais plus. La solitude ne m’est pas saine. J’en abuse. Dites-moi si l’anémone [DL] et le cèdre [FG] attachent bien le même sens à tout à fait. Dites moi oui sans plus . Je reviens de Regent’s Park. La même entrée, les mêmes tours, la même sortie. J’avais écrit depuis sept heures et demie jusqu’à 4 heures, sauf le déjeuner. Je n’en pouvais plus. La solitude ne m’est pas saine. J’en abuse.
PublicationLettres de François Guizot et de la princesse de Lieven (1836-1846), préface de Jean Schlumberger, Paris, Mercure de France, 1963-1964, vol. 2, n° 542/225-226

Information générales

LangueFrançais
Cote1195-1196, AN : 163 MI 42 AP Papiers Guizot Bobine Opérateur 6
Nature du documentLettre autographe
Supportcopie numérisée de microfilm
Etat général du documentBon
Localisation du documentArchives Nationales (Paris)

Réseaux sociaux

Notice créée par Marie Dupond Notice créée le 29/11/2018 Dernière modification le 14/01/2020