Guizot-Lieven

Correspondance croisée entre François Guizot et Dorothée de Benckendorff, princesse de Lieven : 1836-1857


420. Londres, Mercredi 23 septembre 1840, François Guizot à Dorothée de Lieven

Auteurs : Guizot, François (1787-1874)

Relations entre les lettres


Ce document n'a pas de relation indiquée avec un autre document du projet.

Présentation

Date1840-09-23
GenreCorrespondance
Editeur de la ficheMarie Dupond & Association François Guizot, projet EMAN (Thalim, CNRS-ENS-Sorbonne nouvelle)
IncipitJe vous quitte à peine et je vous reviens. Pourquoi se quitter jamais ? Savez-vous que les trois quarts des chagrins qu’on a, c’est qu’on le veut bien ? Il me semble que 22 s’accroche bien fort aux branches des chênes. On me dit qu’il y a bien des gens qui voudraient l’y pendre.
PublicationLettres de François Guizot et de la princesse de Lieven (1836-1846), préface de Jean Schlumberger, Paris, Mercure de France, 1963-1964, vol. 2, n° 538/218-220

Information générales

LangueFrançais
Cote1182-1183, AN : 163 MI 42 AP Papiers Guizot Bobine Opérateur 6
Nature du documentLettre autographe
Supportcopie numérisée de microfilm
Etat général du documentBon
Localisation du documentArchives Nationales (Paris)

Réseaux sociaux

Réseaux sociaux

Localisation

Notice créée par Marie Dupond Notice créée le 29/11/2018 Dernière modification le 29/11/2022