Mythologie, Lyon, 1612 - Frontispice, n.p.

Léonard Gaultier, Frontispice gravé pour La Mythologie c'est à dire Explication des Fables, Lyon, Paul Frellon, 1612.
Source: exemplaire numérisé par la MDZ

Mythologie, Paris, 1627 - Frontispice, n.p.

Daniel Rabel et Charles David, Frontispice gravé pour La Mythologie ou Explication des Fables, Paris, Pierre Chevalier et Samuel Thiboust, 1627.
Source: exemplaire numérisé par Gallica

Le frontispice de l'édition de 1627 est dessiné par Daniel Rabel et gravé par Charles David. Les artistes ont tiré profit du format de l'édition, un grand in-folio, dont ils traduisent en image le projet monumental.
Des sphinges soutiennent le médaillon où est gravé le titre, rappelant l'origine égyptienne des anciennes Fables et signalant leur nature de chiffres sacrés (hiero-glyphe): au début du XVIIe siècle, les figures mythiques étaient encore comprises comme des fictions allégoriques porteuses de vérités d'ordre cosmique, historique et moral.
Tout autour du médaillon, les dieux du panthéon gréco-latin s'étagent du ciel aux enfers. Jupiter et Neptune trônent au centre de cet espace, à gauche et à droite, les dieux célestes se déployant en haut, les dieux infernaux en bas de l'image. Rabel, qui se souvient visiblement du frontispice gravé par Pierre Eskrich (Lyon, Paul Frellon, 1612), répartit les dieux suivant une logique géographique. Rabel signale par là la visée totalisante de l'oeuvre, qui entend rendre compte de l'ensemble du monde naturel autant que de l'ensemble des dieux antiques.