La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)

La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)


72. Serment de fidélité à la République de Monge selon la loi du 24 nivôse an 5
Auteurs : Monge, Gaspard
Collection : 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI  - Voir les autres notices de cette collection

Transcription & Analyse

Transcription linéaire de tout le contenu
Serment de fidélité à la République de Monge selon la loi du 24 nivôse an 5, Rome le 13 mars 1797[1]
 
            Je soussigné, membre de la commission des sciences et des arts en Italie, je jure haine à la royauté et à l’anarchie ; je jure attachement et fidélité à la République et à la constitution de l’an troisième.
            À Rome le 23 ventôse de l’an 5 de la République française une et indivisible.
Monge

[1] Transcription d’Eugène Eschassériaux. La commission attendait sa réunion complète pour prêter le nouveau serment prescrit par la loi du 24 nivôse an V et qu’on devait prononcer chaque année le même jour correspondant au 21 janvier. Selon cette loi, le serment ne consacre pas seulement l’attachement à la République et à la constitution mais aussi la haine de la royauté et de l’anarchie. B.É. Vol. II, pp. 236-237. De Paris, le Paris 7 pluviôse an V [26 janvier 1797], Catherine décrit à Monge les célébrations organisées à Paris pour le 21 janvier : « La prestation de serment de haine à la royauté s’est faite à Notre Dame (je ne sais qui a pu choisir un semblable local). Le Directoire et toute sa suite a traversé tout Paris sans recueillir le moindre suffrage, les 5 Directeurs étaient placés sur une espèce d’élévation. Au milieu de la cérémonie, on a jeté par une ouverture qui servait autrefois à la lampe, une grande quantité d’ordure et de poussière à plusieurs reprises. Enfin deux d’entre eux ont été obligés de se déplacer, un témoin oculaire m’a dit qu’il ne s’était pas aperçu que la police eut fait aucune recherche pour découvrir les auteurs de cette insulte. C’est avec cette mollesse que tout se passe, et des petits essais on en vient aux grandes actions. Si les gouvernants n’y prennent pas garde l’anarchie de laquelle ils ont tant de frayeur reparaîtra encore plus hideuse. »

Analyse

Copie de la transcription établie par Eugène Eschassériaux dans Notes pour servir à la vie de Monge, pp. 236-37.

Relations entre les documents


Ce document n'a pas de relation indiquée avec un autre document du projet.

Notice créée par Marie Dupond Notice créée le 12/01/2018 Dernière modification le 20/02/2020