La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)

La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)


75. Berthollet et Monge à Haller, administrateur général des contributions et des finances de l’armée d’Italie


Auteurs : Monge, Gaspard ; Berthollet, Claude-Louis (1748-1822)
Collection : 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI  - Voir les autres notices de cette collection

Transcription & Analyse

Transcription linéaire de tout le contenu :
Il n’y a pas de transcription de cette lettre, mais Eschassériaux transcrit la réponse datée du 2 avril 1797 d’Haller aux deux commissaires : « Venise le 13 germinal an 5, J’ai reçu votre lettre du 5 de ce mois. Je connais l’activité, le zèle et le dévouement que vous portez dans toutes vos fonctions. Mais ce que vous avez fait relativement à la contribution de Rome est au-dessus de toute éloge, et si la République n’a pas été trompée par la cour la plus astucieuse, ce n’est qu’à vous seuls, à votre infatigable amour pour elle, que nous le devons. Grâces vous en soient rendues, citoyens en attendant que la patrie s’acquitte envers vous. Je désire que vous ayez eu le bonheur de trouver un bijoutier assez expérimenté et assez pur pour que l’estimation des bijoux faite à Rome ne soit pas trop préjudiciable. Mais j’ai une telle conviction de la corruption du sol que vous habitez que j’ai peine à croire à la vérité de cette estimation (…). » Eschassériaux ne transcrit pas la fin de la lettre mais la commente : « Cette lettre si louangeuse par des hommes qu’Haller ne pourrait soupçonner et n’aurait osé attaquer, finissait par l’expression de la crainte que Cacault, suivant une base qu’il désapprouvait, n’ait accepté les diamants pour une somme supérieure à leur valeur réelle. Ce fut là le commencement d’une longue querelle entre l’administrateur Haller et l’agent diplomatique Cacault. Ce dernier opposa dans la suite aux reproches de son adversaire, qui semblaient cacher une inimitié personnelle, les justifications de conduites les plus complètes et démontra que la raideur et la violence qu’il conseillait à l’égard de la cour de Rome la conduirait au désespoir et la mettrait hors d’état de payer une lourde contribution que par la douceur et des délais on obtiendrait en totalité ! » [B.É., Vol. II, p. 249.] Voir les lettres n°65, 66, 70, 71, 73, 77, 79, 81, 82 et 93.
Analyse :
Claude-Louis BERTHOLLET (1748-1822) et Monge écrivent à Emmanuel HALLER (1745-1816), administrateur général des contributions et des finances de l’armée d’Italie, pour lui rendre compte de leur travail d’estimation des diamants et objets précieux que le Pape donne pour acquitter sa contribution de guerre. [B.É., Vol. II, p. 239.]

Relations entre les documents

Ce document n'a pas de relation indiquée avec un autre document du projet.


Notice créée par Richard Walter Notice créée le 12/01/2018 Dernière modification le 12/05/2019