La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)

La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)


112. Monge au citoyen Lautour


Auteur : Monge, Gaspard
Collection : 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI  - Voir les autres notices de cette collection

Transcription & Analyse

Transcription linéaire de tout le contenu :
Rome, le 25 messidor de l'an V
 
Au citoyen Lautour[1], commandant la place et fort de Ferrare
 
La Commission, citoyen commandant, a reçu avec votre lettre du 16 de ce mois, les procès-verbaux que vous avez bien voulu lui adresser des recherches infructueuses qui ont été faites dans toutes les bibliothèques de Ferrare, des Lamentations[2] dell'Orsini.[3] Vous avez la complaisance de lui offrir vos bons offices pour faire des recherches chez les P.P. de Saint-François à Bologne, où vous espérez les trouver. La Commission, bien reconnaissante de votre zèle, vous prierait, citoyen commandant, si cet ouvrage se trouvait, de vouloir bien le faire déposer chez le commandant de la place de Bologne et de ne pas l'envoyer à Rome, où notre mission est terminée.[4] Notre collègue Kreutzer[5], célèbre musicien, qui est actuellement à Naples, en repassant par Bologne le retirerait et le comprendrait dans l'envoi qu'il sera dans le cas de faire de cette ville au port de Livourne, ou à celui de Gênes.
La Commission part dans l'instant, partie pour Livourne, partie pour Venise,[6] où elle serait enchantée de pouvoir vous être utile.
Salut et fraternité.
                                                 Monge
 
 

[1] Jean Aimé LAUTOUR-BOISMAHEU (1752-1846).

[2] Le livre des lamentations, partie de l’Ancien testament.

[3] Fulvio ORSINI (1529-1600). Il collabore avec zèle à la révision de la bible grecque au sein des commissions pontificales qui dirigent les travaux d’érudition catholique qui marquent à Rome la seconde moitié du XVIe siècle.

[4] Voir la lettre n°111.

[5] Rodolphe KREUTZER (1766-1831, adjoint à la commission des sciences et des arts à partir du traité de Tolentino de janvier 1797.

[6] Voir la lettre  n°111. Avant de rejoindre Berthollet à Venise, Moitte, Berthélemy et Tinet quittent Rome pour se rendre à Livourne et rejoindre Thoüin pour aller voir l'état du dépôt des œuvres saisis à Rome qui y sont rassemblées. Monge part directement de Rome pour Venise.

Relations entre les documents

Ce document n'a pas de relation indiquée avec un autre document du projet.


Notice créée par Richard Walter Notice créée le 12/01/2018 Dernière modification le 03/08/2019