La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)

La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)


Afficher la visualisation des relations de la notice

156. Monge à sa femme Catherine Huart


Auteur : Monge, Gaspard
Collection : 1798 : Seconde mission en Italie Institution de la République romaine et préparation de l’expédition d’Égypte Pluviôse – prairial an VI  - Voir les autres notices de cette collection

Transcription & Analyse

Transcription linéaire de tout le contenu :
Rome, le 7 germinal de l'an 6 de l'ère républicaine
 
Tu désires, ma chère amie, que je numérote mes lettres ; mais je n'ai pas tenu compte de toutes celles que je t'ai écrites[1] ; puis j'ai plus d'affaires ici que je n'en avais dans mon premier voyage.[2] Nous nous sommes partagés le travail dont le Directoire nous a chargés.[3] Faipoult a les finances[4] ; moi, j'ai les nominations à toutes les fonctions de la République romaine. Cela fait que je suis accablé d'une foule de mémoires de pétitionnaires que j'ai bien de la peine à mettre en ordre et dont j'ai encore plus de peine à me ressouvenir parce que les noms italiens n'ont pas pour nous autres étrangers la même différence entre eux[5] et cela fait que je ne puis pas mettre assez d'ordre dans mes propres papiers pour faire ce que tu exiges.[6] Ainsi je t'écrirai le plus souvent que je pourrai, et tu recevras mes lettres quand elles t'arriveront. Seulement ne t'inquiète pas ; nous ne courons ici aucun danger,[7] et si nous n'étions pas aussi affamés, la révolution irait ici beaucoup mieux que je ne m'y attendais.[8] Mais l'armée d'Italie a tant de besoins ! Il faut qu'elle fournisse à tant d'objets non relatifs à Rome, qu'elle est bien à charge au pays ; qu'elle foule et qu'elle épuise.[9]
Je voudrais bien que dans un mois nous fussions quittes de notre mission,[10] et que je pusse à cette époque retourner auprès de toi, et me retrouver avec Louise, Emilie et leurs maris.[11] Ce serait un grand bonheur pour moi, mais depuis bien longtemps je suis forcé de faire le sacrifice de mes goûts personnels et je n'ose rien espérer.
Tu feras mes compliments au citoyen Guyton si tu le vois, au citoyen Le Brun et à Lermina.[12] Tu leur diras que je pense à l'Ecole polytechnique. Je vais faire faire 4 ou 5 caisses de livres qui sont actuellement dans notre salon et destinés à notre Bibliothèque.[13] Ce sont des dessins d'Architecture et des dessins qui seront utiles à notre établissement. J'ai entendu Peyrard se plaindre de ce qu'il ne pouvait pas se procurer l'ouvrage intitulé Thesaurus machinarum ; j'en ai trouvé un que j'ai destiné à l'Ecole.[14]
Mille compliments à tout le ménage Eschassériaux,[15] à celui de Berthollet,[16] de Fillette[17] ; fais des caresses de ma part à Paméla,[18] et compte sur l'attachement de ton bon ami.
Monge
 
Quand tu verras ma sœur tu lui feras mille amitiés de ma part. Je suis devenu un mari et un beau-frère peu ennuyeux.[19]

[1] Pour cette nouvelle mission en Italie, forte de l’expérience de la première correspondance échangée de mai 1796 à octobre 1797, Catherine numérote ses lettres et lui demande d’en faire autant dans ses lettres 2 et 3 : du 27 pluviôse an VI [15 février 1798]  et du 4 ventôse an VI [4 mars 1798] : « Écris-moi souvent mon ami, numérote tes lettres, je verrai par là si elles me parviennent toutes, voilà ma seconde […]. » et « Numérote tes lettres je ne veux pas en perdre […]. »   

[2]  La différence de nature des activités de Monge et leur nombre (voir infra) par rapport à sa première mission déterminent une différence entre ses correspondances. Voir les lettres n°163, 171 et 182.

[3] Sur les instructions données aux commissaires du Directoire à Rome voir les lettres n°145, 150, 151, 152, 154, 155, 157, 160 et 163.

[4] Guillaume-Charles FAIPOULT DE MAISONCELLES (1752-1817). Voir les lettres n°152,

[5] Voir la lettre n°160.

[6] Monge ne dit rien de ses activités relatives à l’expédition d’Égypte (voir la lettre n°153) non seulement parce qu’il ne veut pas inquiéter sa femme (voir la lettre n°163)  mais aussi parce qu’elle doit rester secrète (voir les lettres n°131, 153, 154, 157, 158, 163, 164, 171 et 177.)

[7] Le 27 pluviôse an VI [15 février 1798], Catherine exprime son inquiétude : « Je commence toujours ma lettre Mon cher bon ami, j’espérais en recevoir une de toi hier, je l’attends aujourd’hui avec bien de l’impatience, il est déjà midi, et je n’en ai pas encore. Suivant mon calcul, vous avez dû être à Lyon le 20, ou tu ne m’as pas écrit, ou il vous est arrivé quelques malheurs, rien ne transpire jusqu’à moi des affaires de Rome ; restés à Milan jusqu’à ce que vous soyez certains que l’armée soit entrée dans cette ville, n’allez pas vous livrer aux poignards de ces traitres, la sécurité du pape et du sacré collège me donne des inquiétudes pour vous, compte-t-il sur quelques secours étrangers ou met-il sa confiance dans la clémence des Français ? ma foi si je te tenais les affaires de ce pays ne me toucheraient guère, pourquoi faut-il que j’ai encore le malheur de te savoir là ? Il paraît que les dieux veulent changer de système, je vous exhorterais à ne rien faire de votre chef. Lorsqu’on ne fait qu’exécuter les ordres on a bien de la peine à se mettre à l’abri des reproches et souvent même des persécutions ; à plus forte raison lorsqu’on les passe, faites bien vite votre affaire et suivez ponctuellement vos instructions et revenez encore plus vite, nous gémirons ou nous nous réjouirons ensemble, des malheurs ou des succès des affaires, si jamais j’ai le bonheur de te voir rendu à tes anciennes occupations tous mes vœux se porteront pour le bien de la République et pour que tu n’en sois qu’un simple membre, s’il était possible ignoré du reste, excepté de nos amis vrais qui sont en petit nombre, ma misanthropie s’accroit tous les jours. Je vois tant d’intrigues et d’intrigants qu’en vérité un galant homme de bonne foi est toujours dupe de cette multitude qui ne pense qu’à elle et point du tout à la chose publique. » Voir la lettre n°90 sur la différence entre les acteurs de la Révolution.

[8] La position de Monge sur la possibilité et l’intérêt d’une révolution à Rome se modifie. S’il préconise d’abord une révolution après la rupture de l’armistice de Bologne par le pape en septembre 1796, (voir la lettre n°40), ses rencontres avec Bonaparte et les conditions diplomatiques et militaires le conduisent à être moins déterminé à ce sujet. Voir les lettres n°51, 53, 62, 63 et 65.

[9] Si l’entretien de l’armée d’Italie représente un coût important celui de l’expédition d’Égypte est considérable. C’est une des raisons pour laquelle les projets précédents ont été abandonnés. Voir les lettres n°154, 155 et 157.

[10] Un mois plus tard, le 8 prairial an VI [27 mai 1798], Monge est à bord de la frégate la Courageuse en route pour Malte. Voir la lettre n°187.

[11] Louise MONGE (1779-1874) et son mari Joseph ESCHASSÉRIAUX (1753-1824) ; Émilie MONGE (1778-1867) et Nicolas-Joseph MAREY (1760-1818).

[12] Louis-Bernard GUYTON DE MORVEAU, (1737-1816) directeur par intérim de l’École lors de la mission de Monge. Claude LERMINA (1749-1806) et Charles GARDEUR-LEBRUN (1744-1801) administrateurs de l’École. Catherine lui annonce dans sa lettre du 4 ventôse an VI [4 mars 1798] que le Directoire a accepté toutes ses demandes relatives à l’École avant son départ : Guyton est devenu directeur par intérim et Sganzin et Gay de Vernon sont nommés professeurs. (Voir les lettres n°145 et 146.) Catherine sert d’intermédiaire entre Monge et ses collègues de l’École parce qu’elle occupe le logement de fonction du directeur. Voir les lettres n°147, 151, 154, 156, 164, 167 et 177. Le 17 germinal an VI [6 avril 1798], en réponse à cette lettre du 7 germinal, Catherine donne des nouvelles de Guyton : « J’ai vu le citoyen Guyton deux fois depuis ton départ, il a beaucoup d’affaires, il est marié du 7 de ce moi avec la C.[itoyenne] Picarder. J’ai été leur faire mon compliment, on dit qu’il est malade d’un gros rhume, voilà que ce que c’est que de se marier. »

[13] Comme dans sa précédente mission (voir les lettres n°15, 17, 43, 77, 84, 87, 85, 103, 127 et 132), Monge ne cesse d’exprimer sa préoccupation au sujet de l’École malgré son absence. Il trouve un biais pour ne pas cesser de contribuer au perfectionnement de l’enseignement de l’École, il profite de ses missions en Italie pour acquérir de nouveaux ouvrages et de nouveaux instruments. Sur la préoccupation de Monge pour l’École polytechnique au cours de cette deuxième mission à Rome. Voir les lettres n°146, 153, 167, 168, 169, 170, 172, 175 et 185.

[14] François PEYRARD (1759-1822) bibliothécaire de l’École polytechnique. Voir la lettre n°185 et la note de la lettre n°26 sur les manuscrits du Vatican.

[15] Sa fille Louise et son mari Joseph ESCHASSÉRIAUX et sans doute aussi son beau- frère René ESCHASSÉRIAUX.

[16] Claude-Louis BERTHOLLET (1748-1822), sa femme Marie-Marguerite BAUR (1745-1829) et leur fils Amédée BERTHOLLET (1783-1811).

[17] Anne Françoise HUART (1767-1852), son mari Barthélémy BAUR (1752-1823) et leur fils Émile BAUR (1792- ?).

[18] Marie-Élisabeth Christine LEROY (1783-1856) appelée Paméla, nièce de Catherine HUART.

[19] Louis MONGE (1748-1827) épouse Marie-Adélaïde DESCHAMPS (1755-1827) en février 1796, Monge part en mission en Italie trois mois plus tard en mai 1796 et il n’a pas l’occasion de bien faire sa connaissance. Voir la lettre n°122. Louis Monge et sa femme habitent à la campagne à l’extérieur de Paris et ils viennent souvent séjourner chez Catherine à Paris. 

Relations entre les documents

Collection 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI

        Ce document a pour thème Politique comme :
       
90. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
        Ce document a pour thème Vie familiale comme :
        117-1767_IMG.JPG 122. Monge à sa femme Catherine Huart

Collection 1797-1798 : Bref intermède à la direction de l'École Polytechnique Brumaire an VI – pluviôse an VI

        Ce document a pour thème CSA- Fondation République romaine comme :
       
145. Monge au ministre de l'Intérieur
        Ce document a pour thème École polytechnique comme :
       
145. Monge au ministre de l'Intérieur
       
146. Monge au Conseil de l'École polytechnique

Collection 1798 : Seconde mission en Italie Institution de la République romaine et préparation de l’expédition d’Égypte Pluviôse – prairial an VI

        Ce document a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme :
       
153. Monge à Bonaparte
       
157. Monge à Bonaparte
       
158. Monge à Bonaparte
       
163. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
       
164. Monge à sa femme Catherine Huart
       
171. Monge à sa femme Catherine Huart
       
177. Monge à sa femme Catherine Huart
        Ce document a pour thème CSA- Fondation République romaine comme :
       
150. Monge à sa femme Catherine Huart
       
151. Monge à sa femme Catherine Huart
       
152. Monge à sa femme Catherine Huart
       
155. Monge à Bonaparte
       
157. Monge à Bonaparte
       
160. Monge à sa femme Catherine Huart
       
163. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
        Ce document a pour thème École polytechnique comme :
       
147. Monge à sa femme Catherine Huart
       
151. Monge à sa femme Catherine Huart
       
154. Monge à sa femme Catherine Huart
       
164. Monge à sa femme Catherine Huart
       
167. Monge à sa femme Catherine Huart
       
168. Monge à sa femme Catherine Huart
       
169. Monge à Guyton de Morveau
       
170. Monge à Hachette
       
172. Monge à Guyton
       
175. Monge à Guyton de Morveau
       
177. Monge à sa femme Catherine Huart
       
185. Monge à Guyton de Morveau

Collection 1795-1796 : Les débuts de l’École polytechnique. Fin de la Convention et premiers mois du Directoire. Thermidor an III - pluviôse an IV

       
3. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document

Collection 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI

        120-2052_IMG.JPG131. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
        121-2105_IMG.JPG40. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème CSA- Fondation République romaine comme ce document
        120-2092_IMG.JPG30. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document

Collection 1798 : Seconde mission en Italie Institution de la République romaine et préparation de l’expédition d’Égypte Pluviôse – prairial an VI

       
154. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
155. Monge à Bonaparte
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
160. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
166. Monge à Bonaparte
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
154. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème CSA- Fondation République romaine comme ce document
       
160. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document
       
161. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document
       
164. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document
       
167. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document
       
168. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document
       
176. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document
       
177. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document
       
148. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème École polytechnique comme ce document
       
153. Monge à Bonaparte
        a pour thème École polytechnique comme ce document

Collection 1798-1799 : Le voyage de Civitavecchia à Malte. l'expédition d'Égypte et le retour en France. Prairial an VI – nivôse an VIII

       
196. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème CSA- Fondation République romaine comme ce document
       
203. Monge à sa fille Émilie Monge
        a pour thème École polytechnique comme ce document

Notice créée par Marie Dupond Notice créée le 08/11/2016 Dernière modification le 13/09/2019