La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)

La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)


Afficher la visualisation des relations de la notice

160. Monge à sa femme Catherine Huart


Auteur : Monge, Gaspard
Collection : 1798 : Seconde mission en Italie Institution de la République romaine et préparation de l’expédition d’Égypte Pluviôse – prairial an VI  - Voir les autres notices de cette collection

Transcription & Analyse

Transcription linéaire de tout le contenu :
Rome, le 10 germinal an 6 ère républicaine
 
J'ai reçu, ma chère amie, tes deux lettres des 14 et 22 ventôse ; c'étaient les numéros 3 et 4.[1] Je suis fâché que les nouvelles de Rome t'aient donné de l'inquiétude.[2]
J'ai fait tout mon possible pour t'écrire aussitôt après l'événement ; mais le courrier extraordinaire de Masséna aura fait plus de diligence que le porteur de ma lettre.[3] Nous n'avons personnellement jamais couru aucun danger ; et j'ai tout lieu de croire qu'il en sera de même par la suite.
La lettre que tu attendais de moi à mon arrivée à Rome et que Berthollet avait vue sur les bureaux du Directoire ou du ministre[4] a été prise pour une des tiennes, et m'est parvenue il y a deux jours ; il en a été de même de celle du citoyen Florent pour sa femme[5] ; ainsi c'est une lettre de moins que vous recevrez l'une et l'autre.
Je te serais obligé que tu me mandes tout ce que tu sauras de nouvelles. Nous ne recevons ici aucun papier de France ; ainsi nous ne savons moi du moins que ce que tu me mandes.[6] Nous pensons être à peu près à moitié de notre besogne.[7] Il faut espérer que dans un mois nous serons à la fin, et que si les nouvelles chaînes dont tu m'as parlé dans ta dernière ne viennent m'attacher ici ou ailleurs, je pourrai voler auprès de toi et je t'assure que cela sera avec bien du plaisir. Cependant que cet avis ne t'empêche pas de m'écrire ; il vaut mieux qu'une ou deux de tes lettres viennent me chercher à Paris que de m'exposer à être longtemps sans en recevoir.
Mille compliments à tous nos amis de l'École.[8] Je suis accablé de pétitions, et la similitude des noms italiens me fatigue ; je n'ai pas le temps d'écrire à personne et mon ennui me met souventdans une position peu convenable à cela.[9] Fais donc mes excuses à Eschassériaux, à sa femme,[10] à Fillette, à son mari[11] et à tous ceux qui veulent bien se souvenir de moi. Adieu, je t'embrasse.
La présente t'arrivera peut-être un peu tard ; aussi je ne tarderai pas à t'écrire par le courrier.[12]
[À la citoyenne Monge
à l’Ecole Polytechnique
au ci devant Palais Bourbon
à Paris]


[1] Les lettre n°3 de Paris le 4 ventôse an VI  [4 mars 1798] et n°4 le 22 ventôse an VI [12 mars 1798]. Sur la numérotation des lettres par Catherine voir la lettre n°156.

[2] De Paris le 22 ventôse an VI [12 mars 1798, Catherine s’alarme : « je n’ai pas appris sans frémir, mon cher bon ami, ce qui est arrivé à Rome. Je le savais dès le 18 au soir et pour comble de malheur, la lettre que tu m’écris je ne sais de quelle date s’est trouvée égarée, ainsi que celle de la C[itoyenne] Florent, il n’y a que Melle Manon qui a reçu la sienne ; le 19 le matin Berthollet me dit qu’il était certain qu’il y avait une lettre pour moi au secrétariat. J’écrivis une petite lettre au secrétaire avec prière de me la remettre. Il me répondit deux mots qui augmentaient mes inquiétudes ; je cours chez la C[itoyenne] Florent que je ne trouvai pas, en rentrant chez moi ta lettre du 10 [ou du 9] qui venait d’arriver par un gendarme, me tranquillisa beaucoup. Je la suppose d’après les événements ; mais tu ne m’en dis rien, les journaux et les on dit rendent tout cela chacun à sa manière dont le résultat est une insurrection parmi les militaires, un poste égorgé tout cela est fait pour effrayer sur les succès de votre mission et le peu de sureté pour vos personnes quand une fois on a éprouvé pareille chose, il est bien permis d’être inquiète ; je désire bien ton retour […] ».

[3] Voir la lettre n°151. Le courrier extraordinaire d’André MASSÉNA (1758-1817) annonce au Directoire l’insurrection des officiers déclenchée par le remplacement de Berthier par Masséna à la tête de l’armée de Rome. Voir les lettres n°150, 152, 153, 155, 160, 161, 162 et 163.

[4] Le ministre des Relations extérieures, Charles-Maurice de TALLEYRAND-PÉRIGORD (1754-1838).

[5] Joseph Antoine FLORENS (1762-1842).

[6] Monge  exprime la nécessité d’être informé par les membres de sa famille sur l’esprit public à Paris et les résultats des élections, voir les lettres n°156, 163, 164, 167, 168, 171, 176 et 177.

[7] Un mois plus tard, le 8 prairial an VI [27 mai 1798], Monge est à bord de la frégate la Courageuse en route pour Malte. Voir la lettre n°187.  Même si il n’en informe pas sa femme sa « besogne » consiste aussi bien en l’établissement de la république romaine (voir les lettres n°145, 150, 152 154, 155, 157 et 163) qu’en la préparation de l’expédition d’Égypte (voir les lettres à Bonaparte n°153, 156, 157, 158 et 159.)

[8] Catherine loge à l’École polytechnique, elle occupe le logement de fonction du Directeur et sert alors d’intermédiaire entre Monge et ses collègues. Voir les lettres n°147, 151, 154, 156, 160, 164, 167 et 177.

[9] Monge exprime à plusieurs reprises son ennui au cours de sa mission. Voir les lettres n°151, 163, 168, 171 et 182.

[10] Joseph ESCHASSÉRIAUX (1753-1824) et Louise MONGE (1779-1874). Monge n’écrit pas à Eschassériaux alors que Catherine lui écrit le 4 ventôse an VI [4 mars 1798]  « […] nous attendons tous ta première lettre du Capitole avec bien de l’impatience, Eschassériaux surtout, compte beaucoup sur des détails de ta façon, nos amis aussi sont fort empressés d’en avoir parce que disent-ils on pourra y croire. » De la même façon que Monge souhaite être informé par les membres de sa famille (voir supra), à leur tour ils lui demandent ce service. Voir les lettres n°164 et 168.

[11] Anne Françoise HUART (1767-1852) et son mari Barthélémy BAUR (1752-1823).

[12] Monge lui écrit deux jours plus tard le 12 germinal an VI [1er avril 1798]. Voir la lettre n°161. 

Auteur(s) de la transcription : Dupond, Marie
Analyse : Lettre datée mais non signée sur laquelle figure à la quatrième page l'adresse de C. Monge à Paris, lettre écrite lors de la seconde mission de G. Monge en Italie.

Relations entre les documents

Collection 1797-1798 : Bref intermède à la direction de l'École Polytechnique Brumaire an VI – pluviôse an VI

        Ce document a pour thème CSA- Fondation République romaine comme :
       
145. Monge au ministre de l'Intérieur

Collection 1798 : Seconde mission en Italie Institution de la République romaine et préparation de l’expédition d’Égypte Pluviôse – prairial an VI

        Ce document a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme :
       
153. Monge à Bonaparte
       
156. Monge à sa femme Catherine Huart
       
157. Monge à Bonaparte
       
158. Monge à Bonaparte
       
159. Monge à Bonaparte
        Ce document a pour thème CSA- Fondation République romaine comme :
       
150. Monge à sa femme Catherine Huart
       
152. Monge à sa femme Catherine Huart
       
157. Monge à Bonaparte
       
163. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
        Ce document a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme :
       
156. Monge à sa femme Catherine Huart
       
163. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
       
164. Monge à sa femme Catherine Huart
       
167. Monge à sa femme Catherine Huart
       
168. Monge à sa femme Catherine Huart
       
171. Monge à sa femme Catherine Huart
       
176. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
       
177. Monge à sa femme Catherine Huart

Collection 1795-1796 : Les débuts de l’École polytechnique. Fin de la Convention et premiers mois du Directoire. Thermidor an III - pluviôse an IV

       
3. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document

Collection 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI

        120-2100_IMG.JPG38. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème CSA- Fondation République romaine comme ce document
        120-2092_IMG.JPG30. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document

Collection 1798 : Seconde mission en Italie Institution de la République romaine et préparation de l’expédition d’Égypte Pluviôse – prairial an VI

       
161. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
162. Les commissaires au Directoire
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
166. Monge à Bonaparte
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
154. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème CSA- Fondation République romaine comme ce document
       
155. Monge à Bonaparte
        a pour thème CSA- Fondation République romaine comme ce document
       
156. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème CSA- Fondation République romaine comme ce document
       
178. Monge au Président du Directoire
        a pour thème CSA- Fondation République romaine comme ce document
       
161. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document
       
164. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème École polytechnique comme ce document
       
177. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème École polytechnique comme ce document

Collection 1798-1799 : Le voyage de Civitavecchia à Malte. l'expédition d'Égypte et le retour en France. Prairial an VI – nivôse an VIII

       
196. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème CSA- Fondation République romaine comme ce document

Notice créée par Marie Dupond Notice créée le 08/11/2016 Dernière modification le 22/09/2019