La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)

La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)


Afficher la visualisation des relations de la notice

164. Monge à sa femme Catherine Huart


Auteur : Monge, Gaspard
Collection : 1798 : Seconde mission en Italie Institution de la République romaine et préparation de l’expédition d’Égypte Pluviôse – prairial an VI  - Voir les autres notices de cette collection

Transcription & Analyse

Transcription linéaire de tout le contenu :
Rome, le 23 germinal an 6 de la République française
 
Tes lettres deviennent rares, ma chère amie. Dernièrement tu m'as renvoyé une lettre qui t'était arrivée pour Bouchard[1] ; il y avait derrière un petit mot de toi, disant que tu la renvoyais à Rome, et ce petit mot m'a prouvé que tu te portais bien, car quand on désire une chose, on n'est pas difficile en preuves. J'ai reçu hier un courrier du général Bonaparte qui ne m'a rien apporté ni de toi ni de nos amis. Je ne lis point de papier public ; je crois bien qu'il en vient quelques-uns à Rome, mais on ne me les apporte pas, et d'ailleurs je n'aurais pas le temps de les lire, ainsi je ne sais rien de cette pauvre France.[2] Cependant j'ai entendu quelques patriotes dire qu'ils étaient contents de la nomination des électeurs. On dit que Garat[3] et Pache[4] sont du nombre. Si cela est, tu auras le plaisir de voir ce dernier, tu lui feras mes compliments.
Ma foi, ma bonne amie, quand tu t'es décidée à épouser un géomètre, si tu avais cru prendre un casanier que tu aurais toujours sous la main, tu t'es trompée.[5] Beaucoup de marins ont été moins longtemps séparés de leurs femmes que je suis de toi depuis une douzaine d'années, et cela commence à me devenir plus pénible que jamais. Je t'assure que si jamais je puis me retrouver avec toi sous le même toit, dans la même chaumière, mangeant à la même gamelle, il faudra du canon pour me faire déguerpir. Hélas je l'avais déjà bien dit, et je me suis trouvé forcé de te quitter de nouveau.[6] Au reste, ma chère amie, jusqu'à présent, je n'ai pas eu dans mes voyages le moindre accident ; au contraire, tout a réussi le mieux du monde, et j'espère qu'il en sera de même cette fois-ci.[7]
Dans ta dernière qui commence à être de vieille date[8], tu me parlais d'une demi-confidence de Berthollet, et puis je n'ai rien appris de plus.[9] Si tu le vois, fais lui mes compliments et présente mes respects à la citoyenne.[10]
J'écrirai dans une dizaine de jours au citoyen Eschassériaux[11] ; il tardera davantage à recevoir une lettre, parce qu'alors je n'aurai peut-être pas comme aujourd'hui l'occasion d'un courrier extraordinaire. Fais lui mes bien tendres compliments, ainsi qu'à son frère.[12] Il m'aurait été si doux de jouir de leur société, de leur voir faire le bonheur de notre bonne Louise[13] : de voir notre Emilie et son mari[14] cet été à Paris ; mais quand on est si loin, peut-on concevoir de si douces espérances. Que cela néanmoins ne te donne aucune inquiétude. Je me porte à merveille et si je suis retenu plus longtemps que je ne l'avais cru, ce ne sera que par les affaires et non par d'autres empêchements.
Mille compliments à mes amis de l'Ecole polytechnique.[15] Mille caresses à Fillette et à son mari, à Paméla ; et compte sur les tendres sentiments de ton ami.
Monge
 
Le citoyen Faipoult qui est toujours des nôtres, toujours aimable, me charge de te faire ses compliments ; tu me rappelleras au souvenir de sa citoyenne et à celui de leur aimable Julie.[16]
Mille compliments à ma sœur. La pauvre femme a bien aussi sa part de l'inconvénient des maris ambulants[17] ; mais aussi il y a le charme du retour et cela vaut bien quelque chose. Chaque fois que je reviens auprès de toi, il me semble que je vais à ma noce ; et quand je te revois, tous les ennuis se changent en plaisir.

[1] Pierre-François BOUCHARD (1772-1832) polytechnicien participe à l’expédition d’Égypte.

[2] Sur la volonté et la nécessité de Monge d’être informé sur l’esprit public et l’actualité politique en France voir les lettres n°156, 160, 161, 163, 167, 168, 171, 176 et 177.

[3] Dominique-Joseph GARAT (1749-1833) il est ministre de la Justice et de l’Intérieur lors du ministère de Monge à la Marine en 1792 et 1793.

[4]Dominique-Joseph GARAT (1749-1833) il est ministre de la Justice et de l’Intérieur lors du ministère de Monge à la Marine en 1792 et 1793 et Jean-Nicolas PACHE (1746-1823). Voir la lettre n°167.

[5] Monge ici exprime bien la nouveauté de sa pratique scientifique. On comprend que les biographes s’étonnent lorsque sa femme, la première ne s’attendait pas à un tel parcours de la part d’un homme qui entamait une « carrière dans les sciences. » Elle le lui écrit clairement dans sa lettre du 8 floréal an VI [27 avril 1798] : « […] enfin mon ami tout a pris une face nouvelle depuis la Révolution, j’étais loin de m’attendre à ce changement, cela ne s’accorde guère, avec toutes tes promesses et désirs de ne plus nous quitter, je dis nous parce que je suppose au moins que tes enfants te sont encore chers, il n’ont pas démérité auprès de toi, ni moi non plus. Le temps seul fait mes torts, il n’est pas en mon pouvoir de les réparer ; reviens toujours je me trouverai bien heureuse et je ferai en sorte de te montrer que je ne suis pas insensible à ce sacrifice […]. » Être géomètre dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, c’est précisément voyager et c’est encore plus s’embarquer, se mettre en route pour la découverte. Même si ce caractère s’est intensifié au cours de la Révolution comme le souligne Catherine, Monge indique très précisément qu’il n’a pas attendu la Révolution pour devenir un géomètre ambulant, un « juif errant » comme il l’exprime alors sur la Courageuse en route vers Malte. Lorsque Monge est nommé examinateur de la Marine, il doit effectuer des tournées qui peuvent durer jusqu’à trois mois. Voir la lettre n°187. Monge à l’approche de son embarquement se plait à multiplier les références au monde de la mer. Sur le goût de Monge pour la mer et son enthousiasme à l’idée de participer non seulement à une campagne militaire, une expédition scientifique mais aussi une expédition maritime voir les lettres n°38, 176, 177, 180, 181 et 187.

[6] Le 1er prairial an VI [20 mai 1798],Catherine lui répond avec méfiance : « Ta lettre d’aujourd’hui me prouve que tu as le désir de rentrer dans tes foyers, ou tu ne me dis tout cela que pour me préparer à une plus longue absence. »

[7] Monge fait les mêmes vœux à la veille de son départ pour l’Égypte. Voir la lettre n°182. 

[8] Lettre de Paris du 22 ventôse an VI [12 mars 1798].

[9] Monge fait semblant de ne rien savoir alors que dans sa lettre de Paris du 22 ventôse an VI [12 mars 1798] Catherine lui écrit : « […] je désire bien ton retour, Berthollet m’a dit hier que tu ne resterais pas longtemps là-bas, qu’il te verrait peut-être bientôt cette demi confidence a piqué ma curiosité, il n’a pas voulu la satisfaire, il m’a dit que c’était secret, pourvu que tu reviennes près de moi.[ …] si je savais le secret de Berthollet, je m’arrangerais en conséquence, si cela doit encore t’éloigner de l’École je m’en irai chez moi : il n’est pas naturel que je tienne la place de quelqu’un dans cette maison. Si tu ne dois pas y revenir de sitôt, si tu en sais quelque chose mande le moi et surtout des détails sur votre grande affaire. » La question du logement de la famille Monge à l’École polytechnique semble être utilisée par Catherine pour en savoir davantage. Elle cherche à obtenir des informations par tous les moyens auprès de Berthollet : le 17 germinal an VI [6 avril 1798­] : « […] quelque soit le but de ce voyage, il ne peut être que fort long et dangereux, les bruits publics sur ce voyage sont la conquête de l’Égypte, d’autre le Canal de l’isthme de Suez… tout cela ne sont que des conjectures. Il ne transpire rien de positif. Berthollet est aussi discret qu’il faut l’être en pareil cas. J’ai eu beau lui faire boire du vin de champagne. Je n’ai rien obtenu. » À la réception de cette lettre de son mari le 1er prairial an VI [20 mai 1798] elle veut lui faire comprendre qu’il n’a plus besoin de lui mentir : « […] malgré ta discrétion à ne pas me parler de la grande Expédition, je sais que tu dois en être. ». Elle se montre par la suite très blessée par le silence de son mari sur sa participation à l’expédition. Voir les lettres n°163, 171 et 182.

[10] Marie-Marguerite BAUR (1745-1829) épouse de Claude-Louis BERTHOLLET (1748-1822)

[11] Joseph ESCHASSÉRIAUX (1753-1824) (dit « l’aîné »)

[12] René ESCHASSÉRIAUX (1754-1831). 

[13] Louise MONGE (1779-1874) épouse Joseph Eschassériaux au retour de Monge de sa première mission en Italie le 11 brumaire an VI [1er novembre 1797]. Voir la lettre n°137.

[14] Émilie MONGE (1778-1867) et son mari Nicolas-Joseph MAREY (1760-1818)

[15] Le 22 ventôse an VI [12 mars 1798] Catherine lui écrit : « Tes collègues de l’École te font leurs compliments. Lermina continue à me bien traiter. » Logeant à l’École (voir supra), elle sert d’intermédiaire entre Monge et ses collègues de l’École. Voir les lettres n°147, 151, 154, 156, 160, 164, 167 et 177.

[16] Anne-Germaine DUCHÉ (1762-1815) femme de Guillaume-Charles FAIPOULT DE MAISONCELLES (1752-1817) et sa fille Charlotte-Germaine-Julie GRANDJEAN-DELISLE ( ?-1870). Les deux familles entretiennent de très bonnes relations. Voir les lettres n°3, 42 et 168.

[17] Marie-Adélaïde DESCHAMPS (1755-1827). jeune épouse de son frère Louis MONGE (1748-1827). Il supplée son frère en tant qu’examinateur de la Marine. Il effectue ainsi les tournées dans différents ports de France. Voir les lettres n°26, 177, et 204.

Auteur(s) de la transcription : Dupond, Marie
Auteur de l'analyse : Dupond, Marie

Relations entre les documents

Collection 1783-1799 : Monge et la Marine

        Ce document a pour thème Vie familiale comme :
       
204. Monge au ministre de la marine

Collection 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI

        Ce document a pour thème Vie familiale comme :
        120-2064_IMG.JPG 137. Monge à sa fille Louise
       
26. Monge à sa femme Catherine Huart

Collection 1798 : Seconde mission en Italie Institution de la République romaine et préparation de l’expédition d’Égypte Pluviôse – prairial an VI

        Ce document a pour thème Couple Monge comme :
       
163. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
       
171. Monge à sa femme Catherine Huart
       
182. Monge à sa femme Catherine Huart
        Ce document a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme :
       
156. Monge à sa femme Catherine Huart
       
163. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
       
167. Monge à sa femme Catherine Huart
       
168. Monge à sa femme Catherine Huart
       
171. Monge à sa femme Catherine Huart
       
176. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
       
177. Monge à sa femme Catherine Huart
        Ce document a pour thème Vie familiale comme :
       
177. Monge à sa femme Catherine Huart
        Ce document a pour thème École polytechnique comme :
       
147. Monge à sa femme Catherine Huart
       
151. Monge à sa femme Catherine Huart
       
154. Monge à sa femme Catherine Huart
       
160. Monge à sa femme Catherine Huart
       
167. Monge à sa femme Catherine Huart
       
177. Monge à sa femme Catherine Huart

Collection 1798-1799 : Le voyage de Civitavecchia à Malte. l'expédition d'Égypte et le retour en France. Prairial an VI – nivôse an VIII

        Ce document a pour thème Marine (examinateur) comme :
       
187. Monge à sa femme Catherine Huart

Collection 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI

        120-2052_IMG.JPG131. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
        120-2092_IMG.JPG30. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document

Collection 1798 : Seconde mission en Italie Institution de la République romaine et préparation de l’expédition d’Égypte Pluviôse – prairial an VI

       
156. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
157. Monge à Bonaparte
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
158. Monge à Bonaparte
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
171. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
177. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Campagne militaire (Egypte) comme ce document
       
153. Monge à Bonaparte
        a pour thème Couple Monge comme ce document
       
154. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Couple Monge comme ce document
       
160. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document
       
161. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Esprit public (Opinion publique) comme ce document
       
148. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème École polytechnique comme ce document
       
156. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème École polytechnique comme ce document

Notice créée par Marie Dupond Notice créée le 08/11/2016 Dernière modification le 28/09/2019