La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)

La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)


Afficher la visualisation des relations de la notice

11. Monge à sa femme Catherine Huart


Auteur : Monge, Gaspard
Collection : 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI  - Voir les autres notices de cette collection

Transcription & Analyse

Transcription linéaire de tout le contenu :
Milan, le 11 messidor de l'an IV de la République
Lorsque tu recevras cette lettre, Ma très chère amie, il y aura déjà longtemps que vous saurez à Paris la nouvelle de la prise du château de Milan.[1] Le quartier général n'est plus ici, nous n'avons pas l'occasion de vous écrire par les courriers extraordinaires, et nos lettres doivent vous arriver tard.
C'est une chose assez extraordinaire de voir une armée de 3 000 hommes sans munitions, en assiéger une autre de 2 500 dans une bonne place avec de la bonne artillerie et beaucoup de poudre, mais aussi sans espoir que sa résistance peut être de quelque utilité à ses maîtres.
Ce matin à 7 heures, j'ai vu hisser le pavillon national au-dessus de la porte de ce château pendant que la musique militaire faisait retentir l'air de Ça-ira. La pauvre ville de Milan est réellement enchantée de cette reddition. Le siège lui donnait de grandes inquiétudes; la peur s'était emparée de ses habitants paisibles et chacun avait étayé sa maison dans la crainte que les commotions de l'artillerie ne la fissent écrouler.
Une de nos batteries était tout auprès du couvent des Jacobins dans le réfectoire duquel se trouve un très beau tableau de Léonard de Vinci peint à fresque sur le mur.[2] Une des craintes du général Despinoy[3] était que ce tableau ne fut endommagé par des bombes ou des boulets que l'assiégé envoyait sur notre batterie. Tous les environs du réfectoire ont été en effet presque détruits par l'artillerie ennemie, mais par une sorte de bonheur des armes de la République, le réfectoire, et par conséquent le tableau, n'a souffert aucun dommage.
C'est le citoyen Loquin qui commandait les officiers du génie au siège.[4] Un boulet de canon lui a écorné son chapeau, mais il n'a aucun mal.
Nous avons fait partir ce matin quatre voitures chargées d'une huitaine de caisses contenant toute la récolte que nous avons faite ici[5] et à Pavie. Nous les envoyons en dépôt à Tortone, où nous rassemblerons de même ce que nous allons recueillir à Bologne et à Parme, et ensuite nous pourrons faire un premier envoi à Paris d'objets très importants.[6]
Nous partons demain pour Bologne où Berthélemy nous a devancés depuis trois jours.[7] Nous allons commencer à exploiter les terres de notre Saint-Père.
Nous nous portons tous très bien. Nous sommes dans un véritable pays de cocagne ; la nourriture y est abondante et d'excellente qualité, et nos pauvres volontaires, après avoir tant jeûné, maintenant deviennent gros comme des moines et ont des faces de jubilation.
Mes respects à la citoyenne Berthollet,[8] mille compliments aux citoyen et citoyenne Baur,[9] à mon frère et à ma sœur.[10] Embrasse pour moi la bonne Louise, Victoire, Paméla,[11] et compte sur les tendres sentiments de ton bon ami Monge.

[1] Monge écrit le jour même de cette prise et en fait le récit.

[2] La Cène de Léonard de Vinci (1452-1519), fresque effectuée entre 1495 et 1497 dans le réfectoire du couvent Santa Maria delle Grazie, couvent des Jacobins selon Monge (on retrouve la même information dans le BOSSI (1818), Guide des étrangers à Milan et dans les environs de cette ville pp. 185-186) et des Dominicains selon Thouin. « À l’une des extrémités de la ville, du côté de la forteresse, le couvent des Dominicains possède un tableau d’une grande beauté. C’est la Cène, par Léonard de Vinci, peinte à fresque au-dessus de la porte d’entrée du réfectoire. Les figures, un peu plus grandes que nature, ont une expression si vraie que, vues à douze ou quinze pieds de distance, elles font illusion. Les couleurs ont été un peu affaiblies par le temps, ce qui a nécessité une retouche presque générale. Il n’y a que les trois figures à main droite qui n’aient pas été retouchées, on le reconnaît à l’altération du coloris. Nous engageâmes le commissaire du gouvernement, M. Saliceti, à faire dessiner par un artiste habile ce magnifique tableau, afin de le graver et de conserver ainsi le souvenir d’un chef d’œuvre d’un des plus grands peintres. » THOUIN A. (1841), pp. 44-45.

[3] Hyacinthe-Francois DESPINOY (1764-1848), général.

[4] ? LOQUIN (17 ? - ?) officier de l’armée d’Italie.

[5] Monge ne donne pas de détail ni de précision sur les objets et ouvrages de sciences qu’il découvre à Milan au contraire de Thoüin. Voir lettre n°8.

[6] Sur le premier convoi de la commission, voir les lettres n°12, 14, 15, 16, 22, 28, 33, 41, 48, 52 et 53.

[7] Jean-Simon BERTHÉLÉMY (1743-1811), peintre. Il précède les autres membres de la commission pour effectuer la sélection des tableaux à enlever à Bologne. Voir la lettre n°12.

[8] Marie-Marguerite BAUR (1745-1829) épouse de Claude-Louis BERTHOLLET (1748-1822).

[9] Anne Françoise HUART (1767-1852) et son mari Barthélémy BAUR (1752-1823).

[10] Louis MONGE (1748-1827) et Marie-Adélaïde DESCHAMPS (1755-1827).

[11] Louise MONGE (1779-1874), Victoire BOURGEOIS (17 ? -18 ?) et Marie-Élisabeth Christine LEROY (1783-1856) appelée Paméla, nièce de Catherine HUART.

 

Notes : Transcription établie par René Taton

Relations entre les documents

Collection 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI

        Ce document a pour thème CSA- Italie (Convois) comme :
        120-2074_IMG.JPG 12. Monge à sa femme Catherine Huart
       
14. Monge à sa femme Catherine Huart
       
15. Les commissaires au ministre des relations extérieures
       
16. Monge à Carnot
       
22. Monge à son gendre Nicolas-Joseph Marey
        120-2088_IMG.JPG 28. Monge à sa femme Catherine Huart
       
33. La Commission au ministre des relations extérieures
       
41. Les commissaires au ministre des relations extérieures
        121-2118_IMG.JPG 48. Monge à sa femme Catherine Huart
       
52. Les commissaires au ministre des relations extérieures
        53_280197_4_IMG.JPG 53. Monge à sa femme Catherine Huart
       
8. Monge à sa femme Catherine Huart

Collection 1796-1797 : Première mission en Italie, La commission des sciences et des arts Prairial an IV - vendémiaire an VI

        53_280197_4_IMG.JPG53. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème CSA- Italie (Saisies) comme ce document
        120-2071_IMG.JPG10. Monge à sa femme Catherine Huart
        a pour thème Campagne militaire (Italie) comme ce document

Notice créée par Richard Walter Notice créée le 12/01/2018 Dernière modification le 13/10/2019