La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)

La correspondance inédite du géomètre Gaspard Monge (1746-1818)


Votre recherche dans le corpus : 197 résultats dans 213 notices du site.
Type de document : Correspondance

Collection : Aucune collection
Auteur : Monge, Gaspard

Auteur :

Ancien élève de Monge à l’école du Génie de Mézières, il mène sa carrière en alternant les charges militaires et les fonctions politiques. En 1789, il rencontre J.A. Léonard du Pont de Lierdt et ses trois filles. L’aînée Marie-Jacqueline Sophie (1764-1813) devient sa femme le 17 mai 1791. Tant au Comité de Salut public qu’au Directoire en 1796, Carnot s’occupe principalement de la guerre. Il supervise difficilement le jeune général Bonaparte qui est en charge de l’armée d’Italie. Il envoie Saliceti, mais surtout Garrau, avec qui il est très lié, pour surveiller Bonaparte. Carnot est surpris des grands succès du jeune général, succès qui annihilent les pouvoirs des deux commissaires aux armées. Pour la conclusion de la paix de Campo-Formio, en octobre 1797, Carnot n’est plus Directeur. Renversé en septembre 1797 par le coup d’état du 18 fructidor an V, Carnot est obligé de s’exiler. Après le coup d'État du 18 Brumaire, Lazare Carnot revient à Paris. Bonaparte, alors premier consul, le nomme ministre de la Guerre.

Auteur : Monge, Gaspard
DSC04818.JPG
Les charges d'enseignement obligent Monge à s'éloigner de Paris. Mais cela ne l'empêche pas d'avoir de nombreux échanges avec Vandermonde et Lavoisier et de suivre les débats de l'académie. Monge continue de participer aux activités de l'Académie des sciences autour des débats expérimentaux et théoriques sur la nature non élémentaire de l'air et de l'eau. Ces questions appartiennent encore au domaine de la physique mais à cette période sous l'impulsion des travaux de Lavoisier ce champ de recherche prend son autonomie d'objets et de méthodes en devenant la Chimie. 

Monge réalise des expériences dans son laboratoire de physique qu'il s'est installé  à Mézières. Il écrit à ce sujet à son élève du Breuil du Marchais en juin 1783 :

Je vous offre un charmant cabinet de physique, dans lequel je me plais beaucoup et qui donne de la jalousie à ma femme. Nous y sommes assez bien installés pour y faire de bonnes expériences. Il ne nous manquera peut-être que des substances ? Mais j’ai les principales, des acides et des alkalis. [1]

[1] Lettre de Monge à du Breuil du Marchais, le 24 juin 1783, transcrite dans le manuscrit la Vie de Monge, in DE LAUNAY L. (1933), p. 29.

Voir Monge expérimentateur ingénieux et acteur de la Révolution de Lavoisier et voir Orientation vers la physique et la chimie 

Description archivistique : "Pesanteur spécifique des gaz. Expérience faite par Monge contestant les calculs d'Achard. Lettre (s.d.) adressée à Vandermonde signée Monge avec des croquis."

Auteur : Monge, Gaspard
[F°1]
Monge a été nommé à ce poste en octobre 1783 à la suite du décès de Bezout, il effectua de nombreuses tournées au cours de ces années, et jusque pendant la période révolutionnaire. Voir les lettres n°9, 131 et 173. Il démissionne en décembre 1799 en proposant son frère Louis qui l’a toujours remplacé lors de ses missions. Voir les lettres n°26, 177 et 204. Voir JULIA D. (1990), « Gaspard Monge, examinateur », Histoire de l'éducation, n°46, Travaux d'élèves. Pour une histoire des performances scolaires et de leur évaluation. pp. 111-133.

Auteur : Monge, Gaspard
Le fonds familial Marey-Monge ne peut pas être retrouvé aujourd'hui. La transcription a été effectuée et transmise par René Taton en 2002.

Auteur : Monge, Gaspard
Lettre autographe transcrite par René Taton à partir des autographes du fonds Marey-Monge.
Formats de sortie

atom, dcmes-xml, json, omeka-json, omeka-xml, rss2